L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

Le secrétaire général de l’ONU appelle les gouvernements à taxer les bénéfices des sociétés pétrolières et gazières


Rédigé par Meryem BOUIZGAR ( Journaliste stagiaire ) Jeudi 4 Août 2022

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a demandé ce mercredi, aux gouvernements d’imposer des impôts sur les bénéfices des grandes sociétés pétrolières et gazières, qu'il a accusées d'exploiter la crise énergétique pour réaliser des bénéfices « excessifs ».



Le secrétaire général de l’ONU appelle les gouvernements à taxer les bénéfices des sociétés pétrolières et gazières
« Il est immoral que les entreprises pétrolières et gazières fassent des profits record grâce à cette crise énergétique, sur le dos des populations et des communautés les plus pauvres, avec un coût massif pour le climat » a déclaré Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, lors d'une conférence de presse à l'occasion de la publication du troisième rapport de l'ONU sur les conséquences mondiales du conflit russo-ukrainien.

La hausse des prix du pétrole et du gaz a conduit des sociétés énergétiques telles que « TotalEnergies », « Shell », « Exxon », « Chevron » et « BP » à réaliser d'énormes bénéfices au deuxième trimestre.

Troubles économiques et politiques

Selon António Guterres, plusieurs pays à travers le monde sont déjà témoins des signes d'une vague de troubles économiques, sociaux et politiques dont aucun pays ne sera à l'abri.

Le Secrétaire général a prévenu que d'ici la fin de l'année, 345 millions de personnes souffriront d'« insécurité alimentaire aiguë » ou seront « à risque d'insécurité alimentaire » dans 82 pays, soit une augmentation de 47 millions de personnes en raison de l'impact de la crise ukrainienne.

Guterres a prévenu que « de nombreux pays en développement sont noyés dans les dettes, sans accès aux financements, luttent pour se relever de la pandémie de Covid-19, et pourraient basculer dans le précipice », en appelant les gouvernements à prendre une action, celle de taxer les profits excessifs et d’utiliser l'argent pour soutenir « les plus vulnérables en ces temps difficiles ».

Sans remettre en cause les engagements de limitation du réchauffement climatique, et afin de faire face à cette crise, l’ONU appelle les gouvernements à prendre des mesures pour réduire la demande énergétique (réduire le chauffage et la climatisation, réduire le transport aérien, rénover les bâtiments...) et accélérer le développement des énergies renouvelables.
 









🔴 Top News