Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le recours aux tests sérologiques sème la zizanie


Rédigé par La rédaction le Samedi 15 Août 2020

Alors que le ministère de la Santé avait décidé, jeudi, de mettre en place un nouveau protocole de tests rapides, au niveau des centres de santé, appelant à recourir aux tests sérologiques, des professionnels ont exprimé leurs réserves vis-à-vis de cette mesure, reprochant sa «non rationalité en rapport avec les données scientifiques et la réalité socio-culturelle des Marocains».



Dans un courrier adressé au ministre de la Santé, la Société marocaine de médecine d’urgence (SMMU) et la Société marocaine d’anesthésie, d’analgésie et de réanimation (SMAAR) soulignent que la circulaire de la tutelle fut le sujet d'une polémique nationale et a suscité beaucoup de discussions parmi les experts et intervenants directs sur le terrain, quant à sa non rationalité en rapport avec les données scientifiques et la réalité socio-culturelle des Marocains
 
S’agissant du recours aux tests sérologiques, les deux associations soulignent que ces derniers doivent être réservés exclusivement à la surveillance épidémiologique et en complément aux tests PCR ou tests virologiques. «Orienter les malades à domicile sur la base de tests sérologiques, négatifs dans la phase virale de la maladie, sans tenir compte de l'état clinique, exposera à des retards de prise en charge et par conséquent à de la surmortalité», ajoute-t-on de même source. Et de noter qu’un test rapide négatif dans la phase précoce, méconnaît les porteurs du virus, sources de transmission de la maladie, d'explosion épidémiologique et d'apparition de formes graves au pronostic sombre, nécessitant l'hospitalisation dans les services de réanimation.
 
Selon les praticiens, la priorité doit être donnée à la précocité de l’initiation du traitement selon le protocole national, ce qui implique un diagnostic précoce, une prise en charge urgente et un suivi rapproché des patients actifs et des cas contacts.
 
«L'implication des ESSP dans le dépistage est nécessaire mais leur intégration dans la prise en charge de la maladie Covid-19 selon le modèle proposé dans la circulaire sera à l'origine d'éclosion de clusters par multiplication des parcours et des lieux de rassemblement», précise-t-on.
 
Les deux associations rappellent que le rôle du ministère est de démystifier la pathologie, «tout en adoptant des démarches claires», prenant en compte l'avis des experts nationaux et des intervenants directs sur le terrain, en impliquant et faisant confiance à tous les praticiens, publics et privés avec libération de la prescription médicamenteuse selon le protocole en vigueur.