Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Le projet Andam pour que reste la parole


Rédigé par Hassan EL MOUDEN le Vendredi 7 Mai 2021

Dans le cadre de son grand chantier « Awal », Le 18, ryad interdisciplinaire à Marrakech, lance son projet « Andam », et appelle les étudiants, chercheurs et artistes à y adhérer. Il est question d’une résidence qui aura lieu, début juin 2021, à Dadès Ait Sedrate, où les participants seront au rendez-vous avec des ateliers divers et diversifiés autour des arts oraux populaires, notamment la poésie, les chants et les contes.



Le projet Andam pour que reste la parole
Le but est de s’approprier la Méthodologie de recherche et d’archivage orale, à fin de mieux concevoir des projets et des recherches sur les arts oraux et l’histoire orale. Des ateliers sur La vidéographie, la photographie et l’enregistrement sonore sont aussi au menu de cette rencontre. Sans oublier l’éthique de l’archivage, de la documentation et du travail avec les acteurs sociaux.

L’objectif, étant la démocratisation et la décentralisation de la culture, les participants seront invités à effectuer des recherches, sur le terrain, à travers des rencontres avec les autochtones mais aussi l’exploration de la richesse de ce patrimoine et les arts oraux en général. Il est à noter que cette initiative s’adresse à tous les étudiants, artistes ou chercheurs nord-africains, toutes disciplines confondues.

Cependant, la résidence est ouverte, en priorité, aux jeunes candidats issus des régions rurales du Haut et Moyen Atlas ainsi que du Sud-Est du Maroc. Le projet « Andam »qui veut dire en Tamazight « archiviste » ou « celui qui écoute », mémorise, organise, réorganise et transmet oralement la poésie, est en lui seul porteur de plus d’une signification.

C’est un appel à libérer et à sauver la parole de tous ces artistes oubliés qui n’écrivent pas certes, mais qui disent vrai. Toute cette poésie, ces proverbes, ces contes et ces adages, auront toujours quelque chose à nous dire, mais aussi aux futures générations. Donc la moindre chose que nous puissions faire c’est d’archiver cette richesse avant qu’il ne soit trop tard.

  


Dans la même rubrique :
< >