Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le déficit commercial se creuse à nouveau


Rédigé par AB le Mercredi 7 Août 2019

Echanges extérieurs au 1er semestre 2019
Le déficit commercial se creuse à nouveau de 4,9%
Baisse des envois de fonds des MRE de 896 millions de DH
Recul des ventes du secteur du textile de 225 millions de DH
Le Maroc trouve toujours des difficultés pour réduire son déficit commercial. Selon les derniers chiffres de l’Office des Changes, ce déficit s’est creusé de 4,9% ou 4.764MDH à fin juin 2019 pour atteindre 102,5 milliards de DH.
Le taux de couverture a accusé, de son côté, une baisse de 0,4% pour s’établir à 59,1% au lieu de 59,5% en 2018. Cette contre-performance s’explique, de toute évidence, par la hausse des importations de 3,8% (+9.170MDH) plus que celle des exportations de 3,1% (+4.406MDH).



Dans son bulletin « Indicateurs des échanges extérieurs », fraîchement publié, l’Office des Changes impute l’accroissement des importations de biens est imputable principalement à la hausse des importations de biens d’équipement (+5.903), des achats de demi produits (+2.930MDH) et de produits finis de consommation (+1.734MDH).

En revanche les importations des produits alimentaires, des produits bruts et des produits énergétiques accusent une baisse respectivement de 721MDH, 506MDH et 266MDH. 

La facture énergétique atteint 38.424MDH contre 38.690MDH une année auparavant, en légère baisse de 0,7%. Sa part dans le total des importations se situe à 15,3% contre 16% un an auparavant. Sur ce registre, l’Office des Changes souligne que les approvisionnements en gasoil et fuel-oil ont connu une légère baisse pour s’établir à 19.143MDH contre 19.652MDH à fin juin 2018 (-509MDH). Les analystes de l’Office des Changes imputent évolution est due essentiellement à la baisse des quantités importées (3.332mT contre 3.554mT, soit -6,2%). Et ce, malgré la hausse des prix de 3,9% (5.746 DH/T à fin juin 2019 contre 5.530 DH/T un an auparavant). 

S’agissant des importations de biens d’équipement, constituées principalement par des acquisitions d’avions, elles enregistrent un accroissement de 9,9% ou +5.903MDH par rapport à juin 2018 (65.362MDH à fin juin 2019 contre 59.459MDH une année auparavant). En parallèle, les importations de demi-produits atteignent 53.921MDH contre 50.991MDH à fin juin 2018, soit une hausse de 5,7% ou +2.930MDH. 
Pour les exportations, chiffrées à 148.103MDH contre 143.697MDH à fin juin de 2018, leur hausse fait suite à l’accroissement des exportations des secteurs de l’agriculture et de l’agro-alimentaire (+6,7%), de l’aéronautique (+12%), de l’automobile (+1,7%), et des phosphates et dérivés (+1,1%).

Cependant, les ventes du secteur du textile et cuir, du secteur « autres extractions minières » et celles du secteur électronique enregistrent une baisse respectivement de -225MDH, -211MDH et   -49MDH. Les exportations du secteur de l’industrie pharmaceutique, quant à elles, restent quasiment stables. 

Selon l’Office des Changes, la dynamique des exportations du secteur automobile résulte essentiellement de la progression des ventes du câblage (+6,9%) et dans une moindre mesure de l’intérieur véhicules et sièges (+2,8%). 

De cette façon, l’Ecosystème de la construction automobile représente la part la plus importante : 45,3% à fin juin 2019 en baisse de 3,1 point par rapport à juin 2018, suivi du câblage avec 41,9% contre 39,9% à fin juin 2018, ajoute-t-on.

Pour les phosphates et dérivés, poursuit la même source, la hausse des exportations provient de la progression des ventes d’acide phosphorique (+1.637MDH), atténuée toutefois par la baisse simultanée des ventes des engrais naturels et chimiques et celles des phosphates. La part de ce secteur dans le total des exportations se situe à 17,1% contre 17,4% à fin juin 2018. 

Hausse des recettes voyages, baisse des envois de fonds des MRE

Côté flux financiers, les recettes voyages ont atteint 32.764MDH à fin juin 2019 contre 31.442MDH à la même période de l’année précédente, soit une hausse de de 4,2%.  
En parallèle, les dépenses voyages enregistrent aussi une hausse de 529MDH ou +6,1% (9.245MDH à fin juin 2019 contre 8.716MDH à fin juin 2018). 

Les envois de fonds effectués par les Marocains Résidents à l’Etranger (MRE) ont enregistré une baisse de 896MDH ou -2,8%. Ils ont atteint 30.960MDH à fin juin 2019 contre 31.856MDH à la même période de l’année précédente. 

Une contre-performance a été observée aussi au niveau des IDE (Investissements Directs Etrangers) au Maroc. Chiffres à l’appui, le flux des IDE atteint 8.285MDH contre 10.309MDH un an auparavant, soit une baisse de 2.024MDH ou -19,6%. L’Office des Changes attribue ce résultat à la baisse des recettes des IDE de 7,7%, conjuguée à la hausse des dépenses de 10,8%.  

A l’inverse, le flux des Investissements Directs Marocains à l’Etranger (IDME) a augmenté de 68,1%, soit 4.203MDH à fin juin 2019 contre 2.500MDH durant la même période de l’année précédente. 

En effet, les investissements marocains à l’étranger enregistrent une hausse de 1.690MDH ou +49,7% (5.087MDH en 2019 contre 3.397MDH en 2018). En revanche, toujours selon l’Office des Changes, les cessions d’investissement baissent de 1,4%.

A.CHANNAJE

Echanges commerciaux : +10,1% en 2018

Selon le rapport annuel de l'Office des Changes sur la situation du commerce extérieur en 2018, les échanges commerciaux de marchandises du Maroc avec le reste du monde ont affiché une progression de 10,1 %.
Le déficit commercial résultant de ces échanges  s’est placé à 205,9 milliards de DH, se creusant à 16,6 milliards en 2018.

  


Dans la même rubrique :
< >