Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Web zone

Le VéloSolex : un retour vers le futur

Urban style


le Dimanche 7 Février 2021



Pour les quarantenaires d’entre nous, il n’était pas rare à une certaine époque de voir déambuler des vélomoteurs cahotants siglés Solex. Ces drôles d’engins rouges, blancs ou noirs, ont longuement arpenté nos chaussées, faisant la joie des personnes qui les utilisaient pour leur déplacement quotidien. Conscients du boom actuel du marché des vélos électriques, les fabricants annoncent tour à tour de nouveaux produits. Solex cherche à se repositionner sur le devant de la scène avec un modèle alliant authenticité, élégance et modernité : Le Solex Intemporel Confort. 

Un design pour impressionner les nostalgiques
Le VéloSolex de nos aïeux reprend vie sous la forme d’un vélo électrique performant, dont la silhouette rappelle des souvenirs. Par sa silhouette si caractéristique, ce tout nouveau VéloSolex évoque dès le premier coup d’œil les premières bicyclettes de la marque, dont le petit moteur noir tout en rondeur, placé devant le guidon, fut le symbole. Inspiré du légendaire Solex 1946, ce nouveau vélo électrique de la filiale du groupe Easybike saura séduire les adeptes de vieux biclous avec son look un peu retro.

En parlant de design, le Solex Intemporel Confort arbore un cadre mixte en aluminium proposé dans un seul coloris : noir métallisé. Les roues accusent, quant à elles, un diamètre de 26 pouces, alors que la fourche Spinner Odesa de 63 mm est suspendue. Ces différents détails en font un vélo parfait pour ceux qui souhaitent découvrir un peu d’ambiance nostalgique, d’autant que la plupart des vélos électriques du moment adoptent un look futuriste. La prise en main et la conduite s’avèrent aisées, même pour les novices.

Quid de l’aspect électrique ?
Plusieurs modes d’assistance conviendront à divers scénarios de conduite, de la plus douce à la plus « sportive ». En mode « éco », le démarrage de l’assistance électrique se fait sans à-coup, très progressivement. Il suffit d’appuyer sur le petit boîtier situé à proximité des freins pour passer en mode « turbo », accélérer ou simplement générer plus de puissance, grâce au moteur pédalier fabriqué par l’allemand Bosch.

L’équilibre est bon, les freins à disque hydrauliques très efficaces - même par temps de pluie - et les amortisseurs bienvenus pour absorber les altérations de la route. Les feux (avant et arrière) se pilotent via le mini-ordinateur de bord. Située sous le porte-bagages, la batterie de 400 watts se détache pour se recharger très facilement et promet entre 50 et 100 kilomètres d’autonomie. Une vraie belle redécouverte.