Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Tribune libre

Le Maroc n'est pas une république de bananes !


Rédigé par Mohamed Lotfi le Samedi 25 Septembre 2021


Mohamed Lotfi, ournaliste et écrivain canadien d’origine marocaine. (Crédit photo : Eric Labonté)
Mohamed Lotfi, ournaliste et écrivain canadien d’origine marocaine. (Crédit photo : Eric Labonté)
Il se passe quelque chose de particulièrement étrange pour ne pas dire scandaleux dans le gouvernement de Justin Trudeau ! Transport Canada vient d'annoncer sur son site le prolongement de la suspension des vols entre le Maroc et le Canada d’un autre mois, c'est à dire jusqu'au 29 octobre.
 
Depuis le 29 août, date du début de la première suspension, je n’ai pas entendu nulle part, aucun responsable politique, aucun expert canadien donner une justification raisonnable à la suspension des vols. Aucun député du parlement canadien, dont le Premier ministre Justin Trudeau lui-même, n’a réagi aux appels de détresse des 11000 ressortissants canadiens bloqués au Maroc.
 
Avec le prolongement de la suspension des vols, on a l’impression d’être sous la commande d’une machine qui n’obéit à aucun contrôle humain, aucun bon sens. Il n’existe aucun fondement scientifique derrière cette décision. Aucun !
 
Il suffisait pour l’ambassade canadienne à Rabat de désigner quelques laboratoires marocains de confiance pour s'assurer de la fiabilité des tests PCR. Cette option de bon sens n’a jamais été considérée, alors que la même ambassade l’applique depuis toujours avec des médecins marocains pour l’obtention des visas d’immigration.
 
Cette solution, aussi simple qu’efficace, aurait permis non seulement à des élèves de ne pas rater leur entrée scolaire, à des travailleurs autonomes de ne pas perdre de contrats, à des patients dont des femmes enceintes de se rendre à leurs rendez-vous médicaux, à ceux qui ont choisi de passer par d’autres pays (comme le recommande le gouvernement canadien) de ne pas payer des montants allants jusqu’à 3000$ le billet, mais aussi cela aurait rendu possible, à chacune et chacun de ces citoyens d’accomplir leur devoir en allant voter le 20 septembre dernier.
 
Comment un gouvernement canadien, avec ses experts et ses conseillers a-t-il pu errer à ce point ?
 
Apparemment, les pétitions, les petites manifs devant l’ambassade du Canada à Rabat ne suffisent plus pour attirer l’attention des autorités canadiennes et Justin Trudeau en particulier. Devant un tel scandale, seule une mobilisation nationale, engageant des citoyens canadiens de toutes les origines, toutes les tendances pourrait stopper cette dérive. Écrivez à vos députés, aux médias, aux ministres, à Transport Canada. Exprimez votre solidarité sur vos pages Facebook. Faîtes des vidéos, des audios, exprimez votre indignation, votre solidarité ! #StopAuSuspensiondesVolsMarocCanada.
 
Désormais, ce scandale ne concerne plus uniquement des canadiens d’origine marocaine. Cet aveuglement gouvernemental du Canada frappe en particulier les membres d’une communauté en les privant d’un droit fondamental à la sécurité ! Demain, cela pourrait frapper n’importe quelle autre communauté en reléguant ses membres à un statut de citoyens de seconde zone !
 
N’est-ce pas ironique, pour ne pas dire absurde, que ce prolongement de la suspension des vols, entre le Maroc et le Canada, tombe au moment où le Maroc enregistre une baisse substantielle des cas de covid comparé à il y a un mois. Nous sommes passé de plus de 10.000 cas par jour à moins de 2.000 et d’après les autorités sanitaires marocaines, la tendance de cas de covid au Maroc est clairement à la baisse.
 
Par contre Transport Canada annonce la suspension des vols en provenance de l'Inde à partir du 26 septembre alors que ce pays continue d'enregistrer le plus grand nombre d’infections quotidiennes. De 47.000 cas de covid il y a deux mois à 29.000 aujourd'hui.
 
Pendant ce temps, certaines directions d’école au Québec, ne s’expliquant pas de l’absence prolongée de certains élèves, ils ont alerté la DPJ ! Ces enfants et ces jeunes canadiens bloqués au Maroc sont témoins du désarroi de leurs parents dont plusieurs perdent des contrats ou risquent de perdre leur travail.
 
Parmi ces jeunes, plusieurs se demandent à quel point sont-ils vraiment considérés comme des citoyens canadiens à part entière ? J’en connais quelques-uns qui n’ont même plus envie de retourner au Canada, tellement ils se sentent insultés et abandonnés. J’ai beau leur dire de ne pas confondre la dérive d’un gouvernement et son chef avec tout un pays, « Un Trudeau passe, un pays reste », cela ne change pas grand-chose à leur colère.
 
La majorité des ressortissants canadiens bloqués au Maroc proviennent du Québec. Si la responsabilité de cette situation revient en premier au Premier Ministre Justin Trudeau, ni François Legault, Premier ministre du Québec, ni Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, n’ont pas encore réagi à cette décision qui frappe beaucoup de citoyens québécois, faut-il le rappeler.
 
Par ailleurs, je note que le silence des autorités canadiennes face au sort réservé à 11000 ressortissants est aggravé par l'indifférence totale des autorités marocaines. Cette décision est pourtant une insulte contre le Maroc, ses compétences, ses laboratoires et ses institutions. Nous avons un Ministère délégué chargé des marocains résidents à l'étranger qui n'a jamais réagi officiellement à la suspension des vols entre le Maroc et le Canada. C'est pourtant sa mission de veiller au bien être des MRE.  Le nouveau gouvernement de coalition dirigé par Aziz Akhannouch devrait saisir l'occasion et envoyer un message clair aux autorités canadiennes: Nous sommes capables de produire des tests PCR fiables grâce à nos laboratoires.

Notre ministre de la Santé a déjà pris les mesures nécessaires pour contrer les fraudes. Le Maroc n'est pas une république de bananes !
 
Si le silence perdure, j'appelle à l'intervention de Sa Majesté !
Mohamed Lotfi

  



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Novembre 2021 - 16:47 Marocanité du Sahara, une exigence de l’Afrique