Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

Le Maroc millénaire dessine les lendemains de la Covid-19


Rédigé par Youssef Amrani le Mercredi 19 Août 2020

L’humanisme d’une Vision Royale, l’altruisme d’une Nation, la solidarité d’une action



Par Youssef Amrani, Ambassadeur de Sa Majesté le Roi en Afrique du Sud
Par Youssef Amrani, Ambassadeur de Sa Majesté le Roi en Afrique du Sud
Les destinées des nations sont bien plus façonnées par l’Histoire, les visions et les identités qu’elles ne le sont par les événements ou par les conjonctures. Aussi inédite, violente et angoissante qu’elle soit, la crise du Covid-19 ne saurait remettre en cause les évolutions naturelles des Etats ni même compromettre les cohérences et les continuités de leur démarche souveraine. Au-delà des circonstances, c’est le courage des choix, l’ancrage des convictions et la profondeur des engagements qui conditionnent les avenirs et sous-tendent les perspectives de progrès de tout un chacun de nos pays.

La perspective marocaine en est peut-être l’une des illustrations les plus éloquentes. Au moment où le Royaume s’apprête à célébrer l’heureuse fête de la jeunesse, le 21 août prochain, il apparaît que la vivacité, la force et la vigueur de la Nation marocaine prennent de l’expérience sans prendre de l’âge et continuent d’honorer le rôle qui est le sien dans l’édifice d’un Maroc moderne et prospère. Les osmoses du modèle marocain sont celles d’un passé qui n’a jamais été trahi, d’un présent qui a toujours été au cœur des priorités et d’un futur constamment anticipé. L’humanisme, l’altruisme et la solidarité en sont les constantes immuables qui, sans se détériorer d’une once, ont traversé les époques comme les épreuves pour ériger ce que beaucoup qualifient aujourd’hui « d’exception marocaine ». Le cœur battant de ce particularisme identitaire est celui d’une Vision royale qui porte et permet une cohésion nationale fondée sur des ambitions partagées et des valeurs communes. L’interdépendance de cœur qui unit la nation à la monarchie, induit les interdépendances des choix qui guident et orientent les politiques et les stratégies. Sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, c’est non seulement une gestion de crise mais un véritable projet de société qui a été initié de longue date et qui poursuit avec confiance, force et détermination un pari d’avenir, un chemin de développement et une floraison d’ambitions. 

Le Maroc n’a pas été dans l’attentisme ni dans le mimétisme pour asseoir les décisions et définir les stratégies à adopter dans la lutte contre la pandémie. Il faut dire que le référentiel marocain d’une priorisation de la dimension humaine existait avant la crise sanitaire et l’épreuve du Covid-19 n’a fait que confirmer et renforcer la fibre sociale d’un Maroc citoyen, animé d’empathie, imbibé de fraternité et nourri de compassion. Garant de ce référentiel, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a transcendé les équations par son Action qui a mis au diapason l’ensemble des forces vives de la nation autour d’une seule et même perspective de résilience et de prospérité.

Le coût économique de cette démarche n’est pas des moindres, mais sa valeur aux yeux d’une nation est inestimable. La sérénité, la sécurité et la santé n’ont pas de prix, elles ont des exigences de lucidité et des impératifs de responsabilité. Le Maroc a été au rendez-vous de l’Histoire et continue d’investir dans l’avenir d’un modèle qu’il ne conçoit ni ne comprend en dehors du progrès, du partage, du droit, de la justice et de la démocratie.

Le discours du Trône de Sa Majesté le Roi de 2020 a été on ne peut plus clair sur ces horizons qui dessinent les contours et tracent les chemins d’un Maroc qui se mue dans le sens des aspirations du peuple, des exigences de modernité et des voies de développement. L’élan d’un Maroc nouveau est porté par un engagement indéfectible et se projette aujourd’hui dans des séquences politiques, sociales et économiques aussi particulières que déterminantes. Sous le leadership et les directives de Sa Majesté le Roi, le Maroc est en phase de finaliser un nouveau modèle de développement qui corrige les incohérences du passé et qui dessine des lendemains de félicités. Les volets de ce modèle de développement comme les réponses apportées par le Royaume contre le Covid-19 président d’une même force anticipative qui éclot dans la rigueur et la constance de démarches toujours plus participatives, analytiques et prospectives. Le Royaume se refuse d’emboiter le pas à la demimesure pour pleinement inscrire son action dans les cohérences de son époque.

C’est ainsi qu’à l’approche exclusivement défensive contre la pandémie, le Royaume a initié une offensive globale faisant du Covid-19 une variable parmi des chantiers transversaux de paramètres revisités. A l’endiguement pandémique s’ajoute la relance économique. Le Maroc n’omet à aucun moment que la santé et le bien-être d’une nation sont les faces d’une seule et même pièce de prospérité. Le Souverain a indiqué que 120 milliards de DH seront injectés dans l’économie, soit l’équivalent de 11% du PIB. Dans la même veine, un processus de généralisation de la couverture sociale au profit de tous les Marocains a été engagé faisant ainsi de l’humanisme, l’empathie et l’inclusion les fers de lance d’une nouvelle page marocaine.

Il va sans dire que les dynamiques marocaines sont celles d’une africanité honorée. Au-delà des frontières nationales, le Royaume catalyse les efforts, mobilise les unités et appuie les démarches d’une pertinence africaine renouvelée et d’une émergence continentale catalysée. Aux enjeux africains, le Maroc propose des solutions concrètes et aux aspirations il propose des stratégies pragmatiques. Le dialogue, la concertation et l’échange sont les pierres angulaires d’une convergence africaine non seulement souhaitée mais constamment appuyée, plaidée et promue par le Royaume. Les maîtrises de l’inconnu ne peuvent se concrétiser que dans la mutualisation des efforts. Le salut africain est celui des mains tendues, des oreilles attentives et des approches bienveillantes. Loin de tout angélisme, l’avenir se construit dans la cohésion, le partage et la fraternité.

Le cyclone pandémique a et laissera des traces tout aussi dévastatrices que perturbantes sur le plan économique pour l’Afrique. Les projections présagent de situations humaine et sociale dégradées. La pandémie engendrera une récession de la croissance économique estimée en 2020 à environ -3%. Potentiellement, c’est jusqu’à 200 millions d’emplois qui sont menacés et près de 49 millions de personnes qui risquent de plonger dans l’extrême pauvreté. Autant dire que ces projections sont celles d’une précarité endémique annoncée qui exige toutes les attentions et les mobilisations.

Des questions légitimes se posent alors évidemment sur les nécessaires révisons à opérer à l’échelle continentale. Si l’existence d’un volontarisme politique est indéniable, il ne se suffit toutefois pas à lui-même. Il faut que celui-ci puisse éclore dans l’expression d’une vision qui fédère les forces, met en musique les démarches et soude les complémentarités. La légitimité des structures, la cohérence des mécanismes et la pertinence des décisions découleront d’une seule et même exigence, celle d’une Afrique qui rompt avec les affres du passé en se défaisant des idéologies révolues et des réalités caduques. L’Afrique n’est plus ce qu’elle a été, mais tarde à devenir ce qu’elle aspire. Les intégrations régionales et sous-régionales demeurent imparfaites, les convergences de fond encore limitées et les mécanismes de dialogue existant sont sous ou mal exploités. Le fond c’est la forme qui remonte à la surface alors si l’UA est le contenant d’une unité africaine, son contenu doit être celui d’une homogénéité continentale. La concertation, le dialogue et l’ouverture deviennent alors les paramètres qui conditionnent le succès de tout projet africain qui se veut durable et en phase avec les aspirations comme les ambitions du citoyen africain.

C’est ce dessin d’unité, cette ambition de cohérence et cette nécessité de cohésion qui sous- tendent la démarche d’un Maroc fédérateur autour d’engagements indéfectibles qui asseoient la prospérité d’une nation et l’émergence d’un continent.

*Cette tribune a été simultanément publiée dans les journaux marocains L’Opinion et Al Alam et sud-africain The Star 

  



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 10:20 L’agilité, c’est pour les gouvernements aussi

Mercredi 23 Septembre 2020 - 23:14 Covid ou pas : Gouverner, c’est prévoir