Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le CNDH réagit à l'usage excessif de violence lors des manifestations


Rédigé par N.L avec MAP le Samedi 20 Mars 2021

Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) a souligné, samedi, l'importance de l'application de la loi en lien avec les principes de nécessité et de proportionnalité lors de la dispersion des manifestations, tout en insistant sur la protection des libertés publiques et du droit de manifestation pacifique.



Le CNDH réagit à l'usage excessif de violence lors des manifestations
Dans un communiqué sur les protestations des enseignants contractuels, le conseil s'est félicité du communiqué du procureur Roi auprès du Tribunal de première instance de Rabat annonçant l'ouverture une enquête au sujet d'une personne en tenue civile qui a usé de la violence lors de la dispersion d'un rassemblement sur la voie publique.

Il a à cet égard appelé le parquet compétent à élargir le cercle des investigations pour englober les faits évoqués ou diffusés via les divers médias, tout en œuvrant à la publication des résultats des recherches.

Le CNDH a rappelé dans le même contexte sa recommandation contenue dans son rapport annuel 2019 et dans nombre de ses rapports thématiques, selon laquelle le recours à la force devrait être soumis au contrôle du ministère public.

« Le conseil national des droits de l'Homme, sur la base des prérogatives qui lui sont conférées par la loi n° 76.15 portant sa réorganisation et en complément du rôle de suivi concernant le dossier des enseignants contractuels, a mis en place un groupe pour suivre ce mouvement protestataire à travers sa commission régional de Rabat-Salé-Kénitra après l'annonce par la Coordination nationale d'une série de sit-in coïncidant avec les vacances scolaires du 14 au 21 mars », conclut le communiqué.
 
Le projet d’étude de la CNDH, pour garantir des manifestations pacifiques

Tenue en présentiel et par visioconférence, l'Assemblée générale du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) a adopté un projet d'étude intitulé « les mouvements protestataires au Maroc », dans la perspective d'élaborer des recommandations traitant des moyens d'accompagner l'extension des garanties de manifestation pacifique, indique le conseil dans un communiqué.

En plus des activités des comités permanents, des mécanismes nationaux, des commissions régionales et des réunions du bureau du Conseil, le CNDH a veillé durant la période inter-sessions (4 décembre 2020-19 mars 2021) au suivi des questions relatives entre autres aux allégations de violations et aux débats publics, ainsi que des cas de détenus en grève de la faim à travers des visites régulières dans divers établissements pénitentiaires.