Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le CESE appelle à la prise en charge des victimes de conduites addictives


Rédigé par Kawtar Chaat le Samedi 1 Janvier 2022

Le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) s'apprête à publier un rapport intitulé « Face aux conduites addictives : état des lieux et recommandations », dans lequel il recommande le renforcement de la prise en charge des victimes de conduites addictives au Maroc.



Ce rapport passe en revue les définitions internationales de l'addiction, traite de la diversité de ses formes, de l'étendue de sa propagation et de ses dommages potentiels dans le Royaume, tout en avançant des pistes visant à établir une meilleure protection contre ses répercussions psychologiques, sanitaires et sociales.
 
« Les faits et données relatifs à la situation des addictions au Maroc sont préoccupants, d'autant plus que les conduites addictives ne sont pas suffisamment reconnues, et ne sont pas prises en charge par les organismes de protection sociale, ni traitées comme des maladies », indique le rapport, appelant à une consolidation des politiques de lutte contre les drogues et les addictions, et des modes d'accès aux soins.
 
La même source indique que « les substances non interdits à haut risque addictif génèrent un nombre de transactions qui représente environ 3 % du Produit intérieur brut, soit plus de 30 milliards de dirhams, et représente 9 % des recettes fiscales de l'Etat ».
 
En conséquence, le rapport exhorte les autorités marocaines à orienter un pourcentage significatif et permanent des revenus générés par les substances addictifs vers la recherche, la prévention  et l'accès à des services de prévention et de soins de proximité.
 
À cet égard, le CESE propose d'affecter 10 % des revenus générés annuellement par les substances licites mais addictives (médicaments psychotropes, tabac, alcool), au traitement de la dépendance.