Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

Le 11 septembre n’est pas fini !


Rédigé par Majd El Atouabi le Vendredi 11 Septembre 2020


Il y a 19 ans, et bien avant l’actuelle pandémie du Coronavirus qui a plongé la planète dans une ère d’in- certitude, le monde vacillait sous l’effet de l’onde de choc planétaire provoquée par les tristement célèbres attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis d’Amérique.

Les conséquences de cet événement historique qui a reconfiguré la face du monde se font encore ressentir. Notamment dans la zone du petit et grand Moyen-Orient qui continue de payer le lourd tribut de sa supposée responsabilité dans ces attentats planifiés et partis de ses terres. Ce qui lui a valu d’être réduite, par la volonté des USA et de leurs alliés, au statut peu enviable de champ de bataille d’une guerre vengeresse et supposément d’avant-garde contre le terrorisme, mais qui s’est vite révélée être un dangereux choc des intérêts géostratégiques et bassement financiers, maquillé en choc des civilisations.

Dans cette confrontation, le Maroc n’est pas en reste, en dépit de sa situation géographique excentrée par rapport au centre névralgique des divers conflits armés qui ont suivi ces attentats, principalement en Irak, en Afghanistan, puis en Syrie, sans oublier l’éternel brasier de la Palestine occupée.

Pas plus loin que le jeudi 10 septembre, trois cellules terroristes ont été démantelées dans trois villes : Témara, Tanger et Tiflet. Ces cellules viennent rallonger le long chapelet des tentatives de dés- tabilisation qui ont visé le Royaume depuis le début des années 2000, avec comme apogée les sanglants attentats du 16 mai 2003 à Casablanca.
 
Dans le voisinage immédiat du Maroc, la région du Sahel, en proie à une dangereuse délocalisation des conflits du Moyen-Orient, constitue un autre terreau de ces menaces qui nous guettent et qui ne sont plus aussi éloignées qu’il n’y paraissait, il y a quelques années. Ce qui appelle une politique et des actions volontaristes et anticipatrices en vue de garantir la sécurité du Royaume, à l’image des pour- parlers réussis menés cette semaine à Bouznika sous l’égide du Maroc, entre les factions rivales du conflit fratricide en Libye.
 
Dans ce registre et loin de toutes velléités de leadership régional, comme se plaisent à le proférer nos adversaires, la démarche du Royaume répond à un seul et unique objectif, celui de la prévention des effets d’un conflit qui frappe à nos portes. Et en cela, elle est digne d’être saluée et encouragée.

  



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 13:10 L'Opinion : Relance économique : rien de rassurant