Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Lancement de la 8ème édition du Prix de la littérature arabe


Rédigé par Kenza Aziouzi le Vendredi 10 Avril 2020

L'Institut du Monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère lancent la 8ème édition du Prix de la littérature arabe.



La 8ème édition du Prix de la littérature arabe, unique récompense française distinguant la création littéraire arabe est lancée par l’Institut du Monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère le 9 avril.
Ce prix a vu le jour en 2013, dans le but de récompenser l’œuvre (roman ou recueil de nouvelles) d’un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d’un ouvrage écrit ou traduit en français et publié entre le 1er septembre 2019 et le 31 août 2020.
 
 Les éditeurs ou écrivains souhaitant proposer un ouvrage éligible au prix, doivent le faire avant le 30 juin 2020, indique l’IMA dans un communiqué. La sélection des 6 à 8 ouvrages finalistes sera annoncée début septembre.
 
De même et toujours selon la même source, « les ouvrages retenus seront soumis aux membres du jury, composé d’éminentes personnalités du monde des médias, des arts et de la culture, ainsi que de spécialistes du monde arabe, qui se réuniront ensuite pour désigner le (ou la) lauréat(e) ».
 
Le Prix sera décerné lors d’une cérémonie au siège de l’Institut du monde arabe à Paris à l’automne 2020.
 
Pour rappel, depuis sa création par la Fondation Jean-Luc Lagardère et l’Institut du monde arabe, le Prix de la littérature arabe a été remis au Libanais Jabbour Douaihy (2013), à l’Égyptien Mohamed al-Fakharany (2014), au Saoudien Mohammed Hasan Alwan (2015), à l’Irakienne Inaam Kachachi (2016), à l’Irakien Sinan Antoon (2017), à l’Anglo-Égyptien Omar Robert Hamilton (2018) et en 2019 à l’égyptien Mohammed Abdelnabi pour son roman La Chambre de l’araignée (Actes Sud / Sindbad).
 
Notons également qu'en 2017, une mention spéciale avait été attribuée à l’écrivaine marocaine Yasmine Chami pour son roman « Mourir est un enchantement ».
 
Et Enfin, en 2019, une autre écrivaine marocaine, Leïla Bahsaïn, était en lice pour ce Prix avec son roman « Le Ciel sous nos pas », paru chez Albin Michel.

  


Dans la même rubrique :
< >