Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Laâyoune / INDH : Quand les AGR engrangent les succès…


le Lundi 5 Octobre 2020

Donner à tout un chacun la possibilité de créer son propre business ! Telle est la recette de succès proposée par le concept des activités génératrices de revenus (AGR).



Laâyoune / INDH : Quand les AGR engrangent les succès…
Matrice de la création des AGR, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) n’a pas laissé une ville, pour ne pas dire un quartier encore moins une bourgade de campagne, où son programme d’appui aux nouveaux petits projets n’est pas visible. Objectif: Faciliter l’émergence d’une société civile responsable et dynamique capable de définir et de formuler ses propres orientations pour faire sortir les plus démunis du cycle de la pauvreté et améliorer leurs conditions économiques. 

A Laâyoune, cette initiative confirme qu’il s’agit d’un chantier de règne, ouvert en permanence.

Chiffres à l’appui : Le Comité provincial de développement humain a alloué un montant de 3,58 millions de dhs en 2019 pour l’amélioration des revenus et l’inclusion économique des jeunes. Cette enveloppe a été affectée au soutien de l’employabilité et de l’entrepreneuriat et à l’accompagnement des 35 projets montés par les jeunes de la province dans des domaines variés tels que la restauration, la mécanique, le BTP, l’audio-visuel, la couture et les services.

La coopérative «Al Jil Al Jadid», spécialisée dans le secteur de textile, en est un parfait exemple. Elle a entrepris une reconversion solidaire pour soutenir la production nationale de masques agréés avec la crise du Covid-19 et le besoin urgent de respecter les consignes de précaution sanitaire.

Initialement active dans la fabrication des tenues traditionnelles sahraouies, cette unité de production certifiée par l’Institut marocain de normalisation (IMANOR) confectionne désormais les masques de protection à pli en tissu bicouche, grâce au soutien accordé par l’INDH et ses partenaires.

«Au début de cette expérience au printemps dernier, la capacité de production oscille entre 200 et 300 bavettes réutilisables en tissu par jour», a déclaré El Bachir Taki, aux commandes de cette coopérative fondée en 2011.

Depuis lors, les machines à coudre tournent à plein régime, tandis que les finitions sont soignées et systématiquement vérifiées avant la mise en carton.

«Aujourd’hui, nous sommes passés à une production estimée entre 1.500 et 2.000 masques confectionnés aux normes IMANOR chaque jour», a ajouté M. Taki.

D’après la division d’action sociale (DAS) de la wilaya de Laâyoune Sakia El Hamra, ce type de projets profitant à des milliers de personnes jouent un important effet de levier en vue d’améliorer de manière substantielle les indicateurs de pauvreté, de précarité ou d’exclusion sociale.

A toutes ces réalisations et ces projets, il faut ajouter que l’INDH a réussi à insuffler une dynamique nouvelle aux relations entre autorités publiques, élus et tissu associatif, outre la promotion d’une culture basée sur la participation, la confiance, le respect de la dignité et la bonne gouvernance.