Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

La polémique de la VAR : L’arbitrage espagnol sur la sellette


Rédigé par Rachid MADANI le Mercredi 20 Avril 2022

Sans confiance en l'arbitre, la technologie ne fonctionnera jamais. Les entraîneurs, les présidents, les anciens joueurs et même les anciens arbitres s'accordent à dire que tant les arbitres qui sont sur le terrain et les responsables VAR sont entrés dans une mauvaise dynamique ces dernières semaines.



L'ancien arbitre Iturralde González est le plus énergique à cet égard : "L'arbitrage espagnol vit le pire moment de son Histoire". Il pointe la tension qui existe sur les terrains. "Ce n'est pas juste que les erreurs se transforment en passes décisives ou en vols, comme disent les clubs. Le respect des arbitres a été perdu et cela n'aide pas".  
 
La VAR avec ses quatre saisons
 
Lorsqu'il s'agit d'analyser les arbitrages, tous les regards se tournent vers la VAR, cet outil qui en est à sa quatrième saison en Espagne et qui ne laisse personne heureux.
 
 "Nous devons récupérer l'essence de la VAR" pensent les dirigeants du football espagnol. Revenir à l'essence de la VAR était entendu comme entrer pour ne ré-arbitrer que les jeux clairs et manifestes, ceux qui n'admettent aucune discussion lorsqu'ils sont vus à la télévision. Cela ne s'est jamais produit au cours des trois premières saisons de la VAR.
 
Lors de la première saison où la VAR a été utilisée en Espagne, 2018/2019, la VAR a contrôlé 4 293 incidents sur les 380 matches joués, dont 121 sont intervenus. En 2019/20, le contrôle des jeux a dépassé le chiffre de 5 000, intervenant à 156 reprises. L'année dernière, suivant la dynamique, en 380 matchs, la VAR a vérifié 6 227 incidents, dont 155 ont fait l'objet d'une intervention.
 
 Cette année, les chiffres sont similaires. La confusion autour de l'utilisation de l'outil d'arbitrage vidéo continue, ce qui pour beaucoup de protagonistes suscite encore plus de polémiques qu'auparavant et cela n'en finit pas de rendre justice.  
 
Les difficultés de la VAR
 
"La VAR est venue pour faire un football très juste", a déclaré Óscar Valentín, joueur du Rayo Vallecano, après avoir vu comment à l’Atlético de Madrid-Espanyol un penalty a été accordé et qu'il a fallu regarder à la loupe pendant de nombreuses minutes. "Cela vient montrer deux choses : une, que le protocole n'est pas le meilleur et deux, que les arbitres sont confus sur la question des mains...", pointent des sources de différents clubs. Les mains génèrent plus de conflits que toute autre action.
 
 Le match entre Séville et le Real Madrid de Sánchez Pizjuán a également suscité la controverse. D'abord, à cause d'une main de Diego Carlos dans la surface, involontaire mais de celles qu'on appelle toujours parce que le bras s'est détaché du corps et dans ce que le protocole d'arbitrage considère comme une position contre nature. "Un penalty qui est toujours appelé et que cette fois la VAR n'est même pas utilisée", a déclaré Butragueño.
 
Dans ce même match, la VAR a averti l'arbitre d'un but que Vinicius avait marqué, mais Cuadra Fernández, après avoir vu le jeu sur le moniteur, a insisté. "C'est la main".
 
 Dans le domaine des mains, l'un des jeux les plus flagrants de la saison s'est retrouvé lors du match Villarreal-Athletic il y a quelques semaines. Une main d'Aurier qu’a bien vu la VAR et que Del Cerro Grande recule de manière incompréhensible : "Que Del Cerro Grande, pour moi le meilleur arbitre de première division, aille voir cette main sur le moniteur et décide que ce n'est pas un penalty".
 
Ce qui s'est passé au Sánchez Pizjuán est similaire, bien que non illégal, mais contraire à l'éthique, mettant le jeu de but de Vinicius sur les tableaux d'affichage vidéo, essayant d'influencer la décision de l'arbitre.
 
La mauvaise application des règlements
 
"Les professionnels devraient aider davantage les arbitres et être plus honnêtes", réfléchit un arbitre international. La VAR voit la faute et avertit l'arbitre, qui doit l'évaluer. Y a-t-il des erreurs ? Bien sûr, parce que nous sommes humains.
 
Medina Cantalejo, le 13 décembre, a relevé le défi de l'arbitrage et de la VAR avec optimisme, mais ce qui s'est passé ces derniers jours remet en cause la réflexion qu'il a lancée le jour de ses débuts : « Dans la rue, il y a cette impression d'amélioration. Il est difficile de voir quel niveau d'intervention devrait être donné à la VAR, mais il ne fait aucun doute que nous avons fait de la VAR une meilleure pierre. Le problème est dans les zones. Il est temps de lever le pied de l'accélérateur. Lorsqu'il y a une intervention VAR c'est pour quelque chose de grave. Les arbitres ne sont pas là pour être des protagonistes, mais pour rendre le meilleur service aux équipes".
 
 En ce moment, dans le CTA, il y a des inquiétudes. Et ce qui inquiète la Fédération, ce n'est pas l'appréciation et la décision ultérieure dans l'une ou l'autre pièce, mais les manquements dans l'application du règlement, ce qui se passe sans raison apparente. Le spectacle monté autour de la requête VAR à l'Atlético-Espanyol avec Hermoso touchant l'écran comme s'il était le quatrième arbitre ou comment le but de Rakitic a été validé lors du lancement d'un coup direct, avec Lamela touchant matériellement la barrière du Real Madrid, en sont deux exemples d'une mauvaise application de la réglementation. On constate, avec une certaine incrédulité, que le comportement de chacun est très différent dans les compétitions européennes.