Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

La médecine militaire se joint à la lutte

Rabat


Rédigé par Kenza AZIOUZI (Avec MAP) le Mercredi 8 Avril 2020

Face au nombre de cas contaminés qui ne cesse de grimper au Maroc, des hôpitaux et des cliniques du Royaume se mobilisent. A Rabat aussi.



La médecine militaire se joint à la lutte
L’hôpital militaire d’instruction Mohammed V à Rabat se mobilise et vient renforcer les structures hospitalières dédiées à la lutte contre la propagation du coronavirus.

Renforcement de structure

Des zones spécifiques ont été mises en place en fonction du statut viral des patients. Les cas confirmés sont placés en zone rouge suivant le plan clinique élaboré à cet effet, les cas suspects en zone orange, tandis que la zone verte est réservée aux cas dont les tests laboratoires se sont révélés négatifs.

L’entrée principale de l’hôpital a été réservée exclusivement aux ambulances transportant des cas positifs du virus. L’accès pour tous les cas se fait désormais via une zone de tri, au sein de laquelle chaque personne passe par une prise de température et un questionnaire sur le système respiratoire ou l’état de fatigue.

De même, les patients arrivant à bord d’ambulances sont examinés dans le véhicule par le médecin, qui prend leur température. En cas de doute, ils sont directement orientés vers la zone d’isolement, qui est dotée d’unités de réanimation, afin de les prendre en charge et effectuer les analyses nécessaires.

Comment ils s’organisent ?

Les personnes ne présentant pas de symptômes sont autorisées à entrer, tandis que celles suspectées sont dirigées vers la zone suivante pour subir des examens médicaux. Les patients présentant un état stable sont orientés vers une salle de contrôle. Dans le cas contraire, on les dirige vers une salle de réanimation préliminaire et on leur administre de l’oxygène, en attendant les résultats des analyses laboratoires.

Par la suite, les cas confirmés positifs sont transférés au Centre de virologie, des maladies infectieuses et tropicales.

Des tentes équipées leur sont réservées, pour protéger les staffs médical et paramédical et les usagers. Quant au personnel, il est hébergé au sein de l’hôpital ou dans les hôtels.

Par ailleurs, les cas suspects sont orientés directement vers une unité d’isolement pour effectuer les analyses et attendre les résultats qui apparaissent au bout de 5 à 6 heures. Les cas confirmés sont ensuite transférés à la zone d’isolement qui comprend 20 lits spécialisés. Les cas négatifs quant à eux, empruntent le passage vert en direction du bloc des cliniques. La capacité d’accueil de ce centre est de 80 lits, dont 20 consacrés à l’isolement médical et 60 autres sont destinés à accueillir les patients.

Kenza AZIOUZI (Avec MAP)