Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La grogne des cadres administratifs de l’enseignement se poursuit


le Mardi 9 Mars 2021

Les directeurs des établissements publics d'enseignement boycottent le courrier des directions régionales et mettent la pression au ministère de l’Education Nationale dans le cadre de leur programme de lutte.



Les directeurs d'établissements publics d'enseignement des trois cycles d’éducation ont commencé, depuis lundi 8 mars, à « boycotter le courrier des directions régionales, tenant le ministère responsable de la suspension de tout travail administratif et éducatif », selon ce qui a été publié sur la page Facebook de la coordination tripartite des associations de l’administration de l’éducation.

La coordination tripartite, qui comprend l'Association nationale des directeurs des lycées publics du Maroc, l'Association nationale des surveillants généraux, des censeurs, des directeurs, des chefs de travaux et des directeurs d'études, et l'Association nationale des directeurs de l'enseignement primaire au Maroc, a expliqué que cette décision intervient dans le cadre de « la mise en œuvre du programme de lutte de la coordination tripartite des associations des cadres d'administration de l'éducation concrétisée par la grève des mardi 9 mars et mercredi 10 mars, accompagnée de manifestations et de sit-ins devant et à l'intérieur des sièges des directions régionales ».

Parmi les décisions prises par la coordination tripartite figure le boycott de tous les processus administratifs et éducatifs, avec le port du brassard noir tout au long de la semaine en cours. Une forme de protestation qui « se poursuivra même après les vacances mi-semestrielles de l'année académique 2020/2021 », annonce la coordination.

L’étincelle d’une longue aventure de militantisme en vue

Plus de 11.000 femmes et hommes de l'administration publique de l'éducation au Maroc lancent le slogan « Pas de retour tant que les demandes ne sont pas satisfaites », pour faire pression sur le ministère afin d’attribuer à tous les cadres administratifs le statut d’ « administrateur pédagogique ». « Une exigence de base qui ne tolère pas la procrastination », souligne la coordination dans sa publication.

Rappelons que les directeurs avaient annoncé dans un communiqué conjoint des corps administratifs des trois cycles de l’éducation qu’ils poursuivront leurs sit-ins et manifestations régionales le mardi 23 mars. Aussi, prévoient-ils, jeudi 25 mars, des sit-ins régionaux devant les sièges des académies régionales d’éducation et de formation. Au cas où ces manifestations n’aboutissent pas à des résultats concrets, les directeurs en question promettent une grève nationale en coordination avec les syndicats du secteur, ainsi qu’un sit-in devant le ministère de l’Éducation nationale, dont les dates seront annoncées ultérieurement.