L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Agora

La démocratie au crible des sociétés arabes


Rédigé par Salem AlKetbi le Mardi 12 Juillet 2022

Les acquis, valeurs et penchants politiques prennent forme selon les cadres sociologique et anthropologique de l'individu. C'est en tout cas ce que détaille une récente étude réalisée par le réseau Arab Barometer.



La démocratie au crible des sociétés arabes
Une récente enquête de la BBC démontre que les Arabes ont perdu confiance dans la stabilité économique dictée par les fondamentaux de la démocratie. Le rapport est basé sur une étude du réseau Arab Barometer (baromètre arabe), qui a sondé quelque 23.000 personnes dans neuf pays arabes. Selon la plupart des participants, l’économie ne fonctionne pas bien dans le cadre de la démocratie.

Quant aux tendances sociétales arabes, les résultats ne sont certainement pas surprenants. En effet, beaucoup de choses ont changé dans la conscience collective arabe depuis 2011. À cette époque, certaines sociétés entretenaient les illusions diffusées par les organisations régionales et les États connus.

En conséquence, certains de ces pays sont tombés dans un piège de conflits et de chaos qu’il est encore difficile de contrôler.

D’autres sont restés piégés dans des pratiques qualifiées de « démocratiques » par leurs propriétaires, tout en mettant en danger les ressources des sociétés et leur droit à utiliser leurs ressources à bon escient au profit du développement, de la construction et de la reconstruction.

Cette enquête montre que l’opinion publique dans le monde arabe s’est fondamentalement éloignée du concept de démocratie par rapport aux résultats d’une enquête similaire menée en 2018, et il semble y avoir une nouvelle conviction que la démocratie n’est pas une baguette magique qui peut être utilisée pour tout régler dans ces pays.

Cela constitue en soi un modèle de changement social provoqué par la réalité et l’expérience humaine. En fin de compte, les individus jugent ce qu’ils retirent réellement de leur engagement politique. Ils reconnaissent que tout système gouvernemental est, en définitive, un moyen d’atteindre le développement escompté et la stabilité politique, sociale, sécuritaire et économique.

Je n’écris pas ici pour confirmer ce que la plupart des sociétés ont exprimé dans l’enquête, mais pour essayer de lire systématiquement ce qui se passe et d’apprendre de ces résultats. Il est indéniable que les sociétés ont une conscience innée dont la profondeur et la pertinence sont supérieures à celles des connaissances théoriques.

Il est donc naturel que l’attitude à l’égard de la démocratie change aussi radicalement. La montée des crises et des pressions économiques et de vie que connaissent actuellement de nombreuses sociétés arabes n’est pas la cause de l’effondrement de la croyance de longue date que la démocratie est la solution.

Plutôt, la scène arabe dans certaines parties et régions reflète les conditions de sécurité difficiles et complexes dans les pays qui souffrent de divisions sectaires, factionnelles et partisanes désastreuses sous la bannière des pratiques démocratiques.

Toutes les nations, sociétés et peuples ont des particularités qui méritent une attention particulière, notamment le système de gouvernement approprié à chaque état ou société.

Les valeurs politiques sont différentes et varient selon la culture, la coutume, l’histoire et le développement de la vie politique et sociale. Il n’existe pas de valeur ou de système politique qui convienne à tous les États ou qui soit applicable à toutes les communautés.

Par exemple, l’expérience des États asiatiques montre que l’adoption de valeurs et de formes de gouvernement occidentales n’est pas la seule voie vers la construction nationale, la croissance économique, la compétitivité mondiale, la sécurité et la stabilité. Bien sûr, embrasser ou désavouer la démocratie a peu à voir avec les Arabes ou qui que ce soit d’autre.

Les mécanismes de gouvernance et de politique, comme nous l’avons dit, varient d’une société à l’autre et d’un peuple à l’autre. Les gens ont suffisamment de connaissances pour comprendre les variables qui les entourent à l’échelle globale. Cela explique le changement de l’opinion publique dans le monde arabe en faveur de la démocratie qui a commencé en 2018.

Les résultats de l'enquête montrent un lien étroit avec les suites du chaos et des troubles qui ont éclaté en 2011, alors que les manifestations, les effets et les conséquences de ce passé récent persistent dans certains pays, tandis que d’autres sociétés arabes continuent de faire les frais des pertes subies dans divers domaines et secteurs de développement.



Salem AlKetbi
Politologue émirati et ancien candidat au Conseil national fédéral



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 20 Novembre 2022 - 08:32 Un « sans-papiers » dans les locaux de 2M

Dimanche 13 Novembre 2022 - 07:53 Fétichisme, larmes et… Aminux !






🔴 Top News