L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
L'Opinion

La carotte ou le bâton pour les écoles privées ?


Rédigé par Mohamed ELKORRI le Mardi 6 Septembre 2022



«Les élèves ne doivent pas être otages des mauvaises pratiques qui règnent sur le marché de l’enseignement privé». C’est en usant de ces mêmes mots que Chakib Benmoussa, le haut commis de l’Etat mis en place pour remettre le secteur de l’Education sur les rails, a annoncé la nécessité de réformer ce marché stratégique pour le développement du Royaume. Une mission ardue, du moment qu’il hérite d’un maroquin qui comptabilise plusieurs années d’échecs et de «bricolage», au point de devenir la bête noire de tout potentiel ministre.

Si le nombre des établissements de l’enseignement scolaire national privé a doublé au cours des dix dernières années, l’amélioration du cadre légal n’a pas suivi, faisant place aux pratiques anticoncurrentielles et immorales, qui ont atteint leur paroxysme en période de crise sanitaire.

Un état des lieux corroboré par le dernier rapport annuel du Conseil de la Concurrence, qui souligne l’impératif d’élaborer un nouveau cadre contractuel qui définit les objectifs et les responsabilités entre les établissements scolaires privés, en plus d’une révision structurelle du cadre légal, sans oublier l’adoption de politiques adéquates aux spécificités territoriales du Royaume. C’est l’ambition affichée par la tutelle, qui s’apprête à mettre en oeuvre un nouveau cadre légal, capable de faire barrage aux mauvaises pratiques qui hypothèquent le sort des nouvelles générations. Mais encore faut-il procéder par la logique du bâton et de la carotte, de sorte à ne pas faire fuir les investisseurs, dont le Maroc a besoin aujourd’hui plus que jamais.

Cet ensemble de mesures s’imposent pour améliorer les conditions de la concurrence sur ce marché. Toutefois, le vrai concurrent des écoles privées ce sont, et resteront, les établissements publics. En rehaussant les niveaux de ces derniers, le secteur privé serait contraint d’améliorer son rendement. Une règle économique de base !




Mohamed ELKORRI



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 25 Septembre 2022 - 15:28 Maroc-Chili : Victoire «sang pour sang» marocaine






🔴 Top News