Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

La canopée de la place « Pietri » en proie aux critiques des R’batis


Rédigé par Siham MDIJI le Mardi 5 Janvier 2021

Visiblement, la ville de Rabat est en train de subir un véritable relooking, mais quelques créations, notamment celle d’une « canopée » à la place Moulay El Hassan, ne sont pas du tout au goût des Rbatis. Détails.



Une fois de plus, les travaux de réaménagement de la célèbre place Moulay El Hassan, communément appelée « Place Pietri » ont suscité un grand débat sur les réseaux sociaux.

Cet endroit phare pour les Rbatis et les visiteurs de passage dans la Capitale est, selon les internautes, en train de subir un « génocide esthétique ».

Appréciée pour son agencement spatial minimaliste et aéré, les familles qui s’y rendaient pour savourer tranquillement leur café, attendent depuis plusieurs mois l’achèvement de l’installation de cette canopée pour enfin voir le résultat final de ce projet qui devrait, probablement, coûter plus de 38 millions de dhs.

A leur grande surprise, des images choquantes, circulant en masse sur Facebook, viennent illustrer l’état déplorable de ladite place où se trouvait l’ancien marché aux fleurs permanent de Rabat. « Quel malheur ! Ce marché aux fleurs est devenu le marché aux piliers de métal rouillé… », juge un internaute ajoutant, «c’est quoi cette masse de fer, hideuse et mal réalisée ? », peut-on lire dans son commentaire critiquant la nouvelle toiture.

« Je trouve dommage qu’on s’écarte autant de notre belle architecture arabe, amazighe et musulmane, pour engendrer ces horreurs.

Ce n’est ni esthétique ni fonctionnel… Mais, c’est quoi cette lubie architecturale ? », s’indigne une autre internaute.

«C’est le comble de l’horreur et du manque de professionnalisme »
Plusieurs personnes sont déçues à la vue de ce chantier et dénoncent ainsi les responsables de la ville pour leur silence et pour avoir validé la réalisation de ce qu’elles appellent une « catastrophe ». « On nous a gâché la plus grande réussite architecturale que Rabat ait connue », se plaint un client fidèle de l’un des cafés qui se trouvent au cœur de la place, soulignant que « le concept est de justement pouvoir profiter du soleil et de l’air frais, c’est ce qui fait la particularité et le charme de cet endroit. Je ne comprends pas l’intérêt de cette nouvelle canopée, elle ne produit pas d’ombre, pire, esthétiquement elle prête à débat. Honnêtement, je ne pense pas y revenir aussi souvent qu’avant ».

« Un énorme coup, un énorme crime architectural »
Beaucoup estiment que cette rénovation « absurde » pourrait nuire à l’aspect architectural de la ville lumière. Pour son énorme coût, les Rbatis ne s’attendaient pas moins à la création d’« une merveille », une création à couper le souffle qui serait à la hauteur de ce site urbain dont chaque coin en dit plus de mille mots.

Le projet est, en effet, commandité par la société Rabat Région Aménagement, chargée de mener le programme d’investissement lié à « Rabat, ville des lumières ». Nous avons essayé en vain de joindre cette dernière pour mettre le point sur les différentes informations relayées par les médias.

En attendant d’éventuelles nouvelles, certains habitants de Rabat restent positifs et préfèrent attendre avant de se prononcer. « Il me semble qu’il reste encore la partie finition et le nettoyage de chantier », espère un internaute.

Quand une place « historique » perd de sa valeur
La place Moulay El Hassan, située au cœur de la Capitale du Royaume, demeure un site architectural urbain qui a été conçue dans les années 40 et aménagée par l’architecte casablancais Jean-François Zevaco aux alentours de 1970. Cet endroit mythique, autrefois appelé place Pietri, a été un marché aux fleurs permanent à Rabat avant de dépérir d’année en année. Bien avant le projet de réaménagement mené sous ordre des autorités de Rabat et de la CDG qui a son siège social sur la place, les Rbatis y retrouvaient des marchands de légumes et de volaille, deux boucheries, vendeurs d’épices et olives, ainsi qu’une épicerie fine. Aujourd’hui, ce n’est qu’une place déserte …
Siham MDIJI