Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La Lydec rattrapée par la crise sanitaire


Rédigé par S.J le Vendredi 29 Mai 2020

Bien que la totalité de la population du Royaume soit confinée, la Lydec (opérateur en charge de la distribution de l'eau et de l'électricité dans le Grand Casablanca) a réalisé un chiffre d'affaires (CA) de 1.684 millions de MDH au terme du premier trimestre 2020, en baisse de 3,1% par rapport à la même période de l'année précédente.



La Lydec rattrapée par la crise sanitaire
Cette tendance s'explique par la dépréciation des recettes de travaux et de maîtrise d’œuvre de 24%, ainsi que par la baisse des ventes de fluides de 0,2% du fait des premiers impacts négatifs de la pandémie Covid-19 sur l’activité au cours du mois de mars, indique Lydec dans un communiqué.
 
Le CA électricité au premier trimestre de l’année s’est établi à 1.124 MDH, en baisse de 2,6% par rapport à fin mars 2019, informe la même source, précisant qu'en volumes, les ventes d’électricité ont affiché une baisse de 2,7% en raison du recul des ventes aux clients professionnels et industriels lié à la crise sanitaire.
 
Quant au CA d’eau potable au cours du premier trimestre, il a atteint 312 MDH, en hausse de 7,2% par rapport au T1-2019. Les volumes vendus ont enregistré une croissance de 4,6% sur la même période, due principalement à une hausse des ventes aux particuliers et aux administrations, liée à des conditions climatiques favorables à l’activité, lit-on dans le communiqué.
 
En outre, les investissements de la Gestion Déléguée au cours du premier trimestre 2020 se sont élevés à 155 MDH, soit une légère baisse de 2,5% comparée à T1-2019, poursuit la même source. Et d’ajouter que le niveau d'endettement net à fin mars 2020 a atteint 1.091 MDH, stable comparé à la même période une année plus tôt.
 
En réaffirmant sa mobilisation en ces temps de crise, la Lydec a souligné que les impacts financiers de la pandémie sur l’exercice 2020 dépendront de la durée du confinement et pourront entraîner une baisse significative du résultat net en fonction des scénarios de reprise d’activité.