Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

L’importance du débat dans la prise de décision politique


le Jeudi 21 Mai 2020


Dr Mohamed Zidouh
Dr Mohamed Zidouh
Depuis l’apparition de cette crise sanitaire Covid-19, le Maroc, par le biais de son gouvernement et sous les hautes instructions de Sa Majesté, a mis en place un programme large, adapté, préventif et convergent pour protéger notre population et sécuriser notre pays. Bien entendu, le peuple marocain a fait preuve d’une unité infaillible, en cette période difficile, faisant de lui un exemple à suivre et du Maroc un modèle de stabilité. Notre pays sera toujours reconnaissant vis à vis de tous les acteurs de première ligne qui ont fait preuve de beaucoup de dévouement et qui ont participé activement à faire respecter les mesures barrières et les règles de confinement.

Les corps médical et paramédical ont été au front dès le premier jour et ont fait preuve d’un courage inébranlable malgré le fait que ces derniers ont été victimes pendant de nombreuses années d’une politique gouvernementale les ayant relégué au second plan ainsi que d’un lynchage médiatique persistant, inexpliqué et inexplicable. Je leur dis aujourd’hui merci, nous leurs disons tous merci pour leur sens du sacrifice en faveur de notre nation.
 

Autant nous avons applaudis avec fierté l’action gouvernementale au vu de sa rapidité et sa précocité préventive pour la mise en place des règles sécuritaire et sanitaire pour une meilleure maitrise de l’épidémie, autant nous somme pris d’amertume face à l’absence totale de débat aussi bien sur la gestion et les perspectives sur l’avenir socio-économique du Maroc que sur les modalités de confinement et de déconfinement (prolongation, éventualité d’un déconfinement progressif, plan de reprise …).
 

Le fait que le gouvernement ait jugé nécessaire une prolongation du confinement de 30 jours, puis de trois semaines supplémentaires, est une décision sage et réaliste à mon sens. Toutefois, le point décevant et désolant réside dans l’absence d’un débat impliquant les différentes composantes de la société civile afin de mettre en place un plan de sortie de crise commun qui permettra au gouvernement de mettre en évidence les atouts d’une société prise par un élan de solidarité nationale remarquable. Un tel comportement démocratique ne peut être qu’enrichissant pour une meilleure vision sociétale, son contraire est vraisemblablement synonyme d’un affaiblissement de la crédibilité de l’action politique gouvernementale.
 

A quelques jours de la fin du confinement, on remarque que l’absence de débat est persistante au sein de la société malgré le fait que le gouvernement actuel a été élu démocratiquement. N’a-t-il pas jugé nécessaire d’ouvrir un large débat médiatique avec les partis politiques, partenaires sociaux et la société civile, afin d’impliquer les différentes composantes de la population dans la mise en place d’un plan de sortie de crise pertinent et efficace. Pour ma part, et à l’instar de la majorité de nos concitoyens, je souhaiterais participer à un débat sur certains sujets ô combien importants.

- Où en sommes-nous concernant notre capacité de dépistage ? Tout en sachant que celle-ci doit être large et massive afin d’assurer un déconfinement rationnel et définitif ?
- Quels sont les indicateurs scientifiques réels permettant la préparation et la réflexion d’un déconfinement réel utile ?
- Quelles sont les mesures prises pour faire respecter les règles barrières au sein des administrations, des sociétés industrielles et dans les transports ?

À la suite de cet épisode épidémique inédit, nous entrerons dans un nouveau monde avec de nouveaux codes qui demanderont un effort d’adaptation de la part de l’ensemble de la population.

Le gouvernement mettra vraisemblablement en place un contrôle sanitaire continu. Toutefois, avons-nous un effectif suffisant permettant de couvrir l’ensemble du territoire marocain ?
Quelles sont les mesures post-épidémie nous permettant de relancer notre économie déjà à bout de souffle depuis de nombreuses décennies ?
Allons-nous profiter de cette crise sanitaire afin de capitaliser sur les instruments d’urgence pour qu’ils soient les ingrédients d’une transformation de notre modèle économique dans une perspective de réforme totale ?

* Nouveau modèle économique.
* Un système fiscal adapté à cette relance économique.
* Recadrage des priorités dans l’action gouvernementale.
* Un plan d’urgence pour sauvegarder la souveraineté économique et monétaire.
* Une véritable réforme de la politique de santé à commencer par la revalorisation du corps médical et paramédical, la rénovation des hôpitaux publics afin de proposer une offre de santé qualitative, la décentralisation de notre politique de santé à travers une véritable autonomie régionale concernant la gestion médico- administrative, la création d’un conseil national de santé pour les grandes orientations à moyen et long termes, la revalorisation des centres hospitalo-universitaires, la création d’un véritable centre de recherche avec des objectifs déterminés, et la mise en place d'une politique préventive de la santé.

Pour conclure, le fait de faire participer les partis politiques, les partenaires sociaux, la société civile et le monde associatif doit être l’élément d’impulsion majeur d’un nouveau modèle de développement responsable et inclusif, cohérant avec les challenges à venir du monde contemporain.

Dr Mohamed Zidouh
 


  



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 10:20 L’agilité, c’est pour les gouvernements aussi

Mercredi 23 Septembre 2020 - 23:14 Covid ou pas : Gouverner, c’est prévoir