Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

L’impact du Coronavirus sur nos habitudes

cyberachat


Rédigé par Safaa KSAANI le Vendredi 3 Avril 2020

Les habitudes de cyberachat ont changé depuis le début de la distanciation sociale, permettant aux e-commerçants d’avoir le vent en poupe.



L’impact du Coronavirus sur nos habitudes
En cette période de confinement, il y a ceux qui sortent pour faire leurs courses, et ceux qui ont catégoriquement choisi de ne pas sortir de chez eux. Pour ceux-ci, l’achat en ligne est devenu incontournable. Il leur apporte un grand confort et un sentiment de sécurité.

Depuis le confinement obligatoire, c’est surtout en ce qui a trait aux achats quotidiens que l’on observe le changement. Nous remarquons, à travers les réseaux sociaux, que les gens ne montrent plus ce qu’ils ont dernièrement acheté pour sortir, mais plutôt pour meubler le temps.

Aziz, un des jeunes présents sur Instagram, est ingénieur en informatique. Dans sa toute récente story, Aziz a publié une vidéo montrant ses nouveaux achats. Pas de vêtements, ni de chaussures, mais des produits alimentaires. Confinement et télétravail obligent, ce consommateur fait tous ses achats en ligne, même son épicerie, avant de les faire livrer à son domicile.

« Faute de temps je commande, en moyenne une fois tous les deux jours, des produits alimentaires et des produits paramédicaux. Quand je suis surchargé par le travail, je commande directement de la nourriture de restaurants », a-t-il témoigné. Et d’ajouter : « J’ai commandé il y a une semaine des accessoires d’ordinateur, une table pliante d’ordinateur portable, pour avoir plus de confort sur mon lit, ainsi que de nouveaux jeux vidéo pour ma Playstation ».

De nouveaux sites web ont vu le jour en cette période
 
Si des commerçants ont vu baisser le nombre des clients dans leurs magasins, il en est qui ont pensé à se tourner vers la vente en ligne, pour garder le lien avec leurs clients fidèles, et éventuellement en fidéliser d’autres.

Ahmed, propriétaire d’un commerce de légumes et de fruits au quartier Agdal à Rabat, a préféré baisser le rideau de son magasin pour ne pas faire courir de risque à ses clients.

Ce commerçant, dont le site de vente a été ouvert voilà moins de huit jours, nous a assuré que « la nouvelle démarche de vente en ligne n’est pas une démarche business. Contrairement aux idées préconçues, je ne gagne pas beaucoup d’argent dans cette démarche. Au contraire, cela coûte une fortune, entre coûts de téléphones, livraisons à domicile et alimentation du site web ».

Si une partie des consommateurs retourne dans son magasin habituel, une fois la crise sanitaire passée, il est probable que d’autres auront pris goût au e-commerce, en particulier à la livraison à domicile et au drive. Les prochaines semaines nous en dirons plus.

Safaa KSAANI