L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



International

L’étrange visite du président Sierra-léonais à Alger


Rédigé par Hichem ABOUD Jeudi 4 Janvier 2024

Jamais une visite d’un chef d’Etat étranger en Algérie n’a paru si étrange comme celle que venait d’effectuer Julius Maada Bio, président de la République du Sierra Léone.



Alors qu’elle n’était nullement programmée et que rien n’indiquait que la capitale algérienne allait recevoir la visite d’un chef d’Etat avec lequel les relations sont pratiquement inexistantes, on apprend par un communiqué de la présidence de la république que le président Tebboune avait reçu son homologue sierra-léonais au palais d’El-Mouradia.

L’hôte de l’Algérie n’a pas été accueilli à l’aéroport Houari Boumediene d’Alger comme le veut la tradition. Il était accompagné d’une délégation de deux personnes totalement ignorées dans le communiqué de la présidence de la République et dans la dépêche de l’agence de presse officielle (Algérie Presse Service). L’activité du président Sierra-Léonais s’est limitée à une rencontre avec le président algérien et à une conférence de presse tenue en commun. Le lendemain, Il a visité la grande mosquée d’Alger avant de quitter l’Algérie. Il a été accompagné à l’aéroport par le ministre algérien des Affaires étrangères.

Ainsi s’est achevée la visite de moins de 24 heures du Président de la République de Sierra Léone, Julius Maada Bio, en Algérie. Mais, aussi bizarre que cela puisse paraître, la présidence algérienne avait annoncé que la durée de cette visite était programmée pour trois jours. L’agence de presse APS en annonçant le départ de l’hôte algérien avait écrit, comme on le voit à l’image, « Le Président de Sierra Léone achève une visite officielle de trois jours en Algérie. » C’est à ne rien comprendre.

Tout comme on ne comprend pas comment a été programmée une visite d’un chef d’un Etat avec lequel il n’y a pas d’échange d’ambassadeurs. Pis encore, la Sierra Léone compte, chez le voisin marocain, un ambassadeur à Rabat et…un consulat à Dakhla en guise de reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara. Comme l’avait déclaré M. David Francis, son ministre des Affaires étrangères le 27 août 2021, à l’issue de sa visite au royaume chérifien.

Comparativement à la visite du président de la République sierra-léonais à Alger, celle de son chef de la diplomatie effectuée au Maroc au mois d’août 2021 était plus rentable puisqu’elle a débouché sur l’ouverture d’une ambassade à Rabat et un consulat à Dakhla.
Les Algériens se contentent de vagues déclarations sans signification aucune comme on le lit dans la dépêche de l’APS « Pour sa part, le Président de Sierra-Léone a relevé une "convergence des positions" entre les deux pays sur les exactions que subit le peuple palestinien et sur "le règlement de la question du Sahara occidental dans le cadre des chartes internationales". »

Tout comme il a été relevé que « cette visite a coïncidé avec l'entame par les deux pays de leur mandat de membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2024-2025 (…) » Du coup on révèle que ce statut de membre non permanent au conseil de sécurité de l’ONU, l’Algérie le partage avec la Sierra Léone, l’un des 7 pays les plus pauvres de la planète.  Pourtant les dirigeants algériens ont présenté ce statut, à l’opinion publique algérienne, comme une prouesse réalisée par sa diplomatie. Ils ont même évité d’évoquer que l’Algérie a obtenu ce statut à trois reprises auparavant.
 



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 14 Juillet 2024 - 17:51 Palestine : Hamas arrête les négociations







🔴 Top News