Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

L’escroquerie de Brahim Ghali dévoilée par la Police espagnole


Rédigé par Anass Machloukh le Mercredi 5 Mai 2021

Après avoir reçu une convocation de la part de la Justice, Brahim Ghali a été repéré par la Police espagnole qui a reconnu son entrée clandestine en Espagne. Détails.



Santiago Pedraz Gómez, juge espagnol chargée de l'Affaire de Brahim Ghali
Santiago Pedraz Gómez, juge espagnol chargée de l'Affaire de Brahim Ghali

La situation du chef du polisario s’aggrave de plus en plus. Après avoir été convoqué par le juge d’instruction du tribunal national de Madrid, les éléments de la police espagnole ont localisé la présence de Brahim Ghali dans l’hôpital de Logroño où il est hospitalisé. Selon le quotidien La Razone, les enquêteurs, après avoir examiné son dossier médical et les documents afférents, ont pu prouver que ce dernier est entré dans le territoire espagnol muni de faux papiers.

La même source précise que Ghali, accompagné d’un médecin algérien, a été admis à l’hôpital précité par un simple document, rédigé en français, qui contient une fausse identité.

Cette identification est faite sur ordre du juge d’instruction Santiago Pedraz Gomez pour convoquer ensuite le chef du polisario à une comparution devant le tribunal. Or ceci pourrait prendre plus de temps que prévu, La Razone explique que le mis en cause ne serait pas en état de répondre à l’interrogatoire vu son état de santé détérioré, précisant qu’il est toujours sous respiration assistée. Ce dernier devra faire face à des accusations graves, plusieurs associations et militants sahraouis, tel que El Fadel Breika, l’accusent de violation des droits de l’Homme, de torture, de séquestration et d’enlèvement arbitraire.

Rappelons que l’accueil de Brahim Ghali a provoqué une crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne. Malgré les explications de Madrid qui se justifie par « des raisons humanitaires », Rabat a haussé le ton en convoquant l’ambassadeur espagnol pour lui faire part de son exaspération vis à vis d’un acte qui n’est pas digne des valeurs de bon voisinage. La cheffe de la diplomatie espagnole a tenté pour sa part de baisser la tension en affirmant que son gouvernement respectera toute décision qui émanera de la Justice quant à l’affaire de Ghali.
 

  


Dans la même rubrique :
< >