Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

L’accord de la honte …encore une fois !


Rédigé par Abdelouahed El Fassi le Jeudi 3 Septembre 2020


Dr Abdelouahed El Fassi
Dr Abdelouahed El Fassi
Depuis que j'ai appris la nouvelle de la deuxième tragédie de cette année, après le Co-Vid 19, à savoir l'accord tripartite entre les Etats-Unis, les Emirats Arabes Unis et Israël, qui conduira à la normalisation et à la reconnaissance d'Israël par les EAU ; je n'arrête pas de me demander pourquoi ce pays a-t-il choisi cette voie obscure?

Franchement, je ne me soucie guère de la décision de l’émir, car cette question concerne le peuple émirati, qui s'exprimera. D'ailleurs, nous avons commencé à voir la réaction de nombreux acteurs importants du pays de Cheikh Zayed bin Sultan (que Dieu lui accorde sa miséricorde), dont les positions ont toujours été en faveur de la cause palestinienne. Nous nous intéressons à cette question parce qu'elle a ouvert une brèche au sein de l'unité arabe, cet édifice si fragile qui n'a résisté jusque là que grâce à l’unité autour de la question palestinienne.

Ce qui est effrayant - et c'est la première idée qui passe par la tête - c'est que le complot pourrait être plus vaste. Les Emirats ne seraient que le lièvre de la course qui faciliterait l'arrivée d'autres coureurs vers la ligne de la honte. J'espère que c'est faux. Une partie des conjectures est péché ( الحجرات).

Tout ce que nous avons dit jusque-là ne répond pas à la question déroutante: pourquoi ? Ils prétendent que cet accord est en faveur de la cause palestinienne, car il conduit dans une première étape à l’arrêt du projet d'annexion de territoires palestiniens. Si c’était vrai, pourquoi n'y a-t-il pas eu de discussions pour persuader les Palestiniens d'accepter cette position ? On l’aurait alors considérée comme un sacrifice.

Tous ceux qui recherchent sérieusement la paix, partout dans le monde - y compris la gauche israélienne - sont sûrs qu’aucun accord de paix avec les pays arabes ne peut être conclu sans paix avec les Palestiniens. Le seul qui voit les choses sous un autre angle est Netanyahu. Il pense que la normalisation avec les pays arabes poussera les Palestiniens à un accord de paix avec Israël.

Cet accord tripartite n'est-il pas un début de la mise en place du plan Netanyahu? À travers cette astuce, ils voudraient rendre licite (halal) ce qui est illicite (haram). Nous leur disons, vous avez commis un acte illicite par cet accord, alors n'en ajoutez pas un autre interdit en le déclarant licite. Si nous revenons à la déclaration de Sissi, nous trouvons qu'elle est vague et ambiguë. Il s'arrête à «Malheur à ceux qui prient ...»(ويل للمصلين) en disant: «Nous avons suivi avec un grand intérêt le communiqué commun des États-Unis, des Émirats arabes unis et d'Israël sur l’arrêt de l'annexion des terres palestiniennes par Israël ...» Et le reste : Ambiguïté totale.

Si les EAU parlent de mettre fin à l'annexion, Netanyahu pense et clame clairement que le processus d'annexion sera reporté ou gelé, mais Israël n'abandonnera pas cette idée. Dans tous les cas, tout accord sans les Palestiniens est voué à l’échec. Mais cela les affaiblira encore plus. Dans tous les cas, cet accord ne changera pas le cours de l'histoire de la région. Quant aux pays arabes, ils perdront avec cet accord le seul moyen de pression qu'ils avaient en leur possession pour forcer Israël à faire des concessions.

En fin de compte, les Émirats arabes unis bénéficieront-t-ils vraiment de l'approfondissement de cette relation ? Sachant que celle-ci était déjà en place d'un point de vue économique et scientifique, ils n’avaient pas besoin d'un scandale retentissant pour la poursuivre.

Une spécialiste française du Moyen-Orient (Camille Lons) affirme que l'accord permettra d'ouvrir la possibilité d'échanges déclarés dans des domaines tels que l'économie, la défense, la cyber-sécurité et dans le domaine de la recherche et du développement. Elle explique que les EAU veulent sortir d'une économie basée uniquement sur les exportations de pétrole et s'orienter vers l’économie de la connaissance et des nouvelles technologies. Cependant, elle confirme que les relations ont toujours existé entre les deux pays et que ces champs de coopération n’exigent aucunement un accord comme celui-ci.

Enfin, et en attendant la position de la Ligue arabe, je pense que le meilleur mot de la fin est de Allal El Fassi, que Dieu l'ait en Sa sainte miséricorde, qui a dit: « Nous le disons haut et fort à ceux qui prétendent que des négociations avec Israël, ou l'instauration d'une paix durable, et même sa reconnaissance par tous les pays arabes pourraient éliminer le danger qu'elle représente. Ils se trompent amèrement. En fait, Israël n'est que le commencement d’un empire basé sur la violence, sa pierre angulaire, et un pont ouvrant la voie à l'exploitation par le capitalisme occidental, des richesses des pays arabes de l'Afrique et de l'Asie. »

  



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Octobre 2020 - 10:41 2021 l’année de tous les télescopages