Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Vers une nouvelle doctrine militaire des FAR ?


Rédigé par Amine ATER le Lundi 27 Décembre 2021


L'Opinion : Vers une nouvelle doctrine militaire des FAR ?
Le chantier de modernisation et de renforcement des capacités opérationnelles des Forces Armées Royales (FAR) n’en finit pas de déchaîner les passions. Alors que certains médias étrangers spéculent sur une certaine intention « expansionniste » du Royaume, ce « réarmement » vise avant tout à sanctuariser le territoire national et prémunir sa population comme ses intérêts vitaux et stratégiques de toute agression.

De toutes les acquisitions récentes des FAR, celles qui nourrissent le plus de fantasmes restent les drones. A l’Est, l’entrée en service de ces appareils est perçue comme une preuve du bellicisme marocain, alors qu’au Nord, elle est dépeinte comme une menace existentielle. Il n’empêche que le recours aux drones s’inscrit dans une tendance mondiale qui touche l’ensemble des armées régulières du monde et s’étend même aux groupes armés.

Le théâtre d’opération irako-syrien en est un exemple éloquent avec l’utilisation à outrance par les différents belligérants, Daesh en tête, de drones civils bricolés pour des missions de reconnaissance, sans oublier les drones transformés carrément en engins kamikazes.

Le choix du Royaume de constituer une flotte d’aéronefs sans équipages s’inscrit en ligne droite avec les nouvelles doctrines militaires et renforce ses capacités d’interopérabilité avec des armées partenaires, à l’image de l’US Army, lui permettant au passage de renforcer considérablement ses capacités aériennes et de support aux troupes au sol.

D’autant que le Maroc doit aujourd’hui faire face à un environnement régional tumultueux, ce qui impose de disposer de capacités de projection au niveau régional, notamment au Sahel, de manière à offrir un soutien opérationnel à des pays amis comme le Mali, le Niger ou encore le Tchad, sans avoir à déployer des éléments des FAR sur le terrain. D’où le recours aux drones à l’image des modèles turcs Bayraktar TB2, des Sea Guardian américains ou encore des IAI Harop 2 de fabrication israélienne. Une approche qui permet au Royaume de respecter sa tradition de non intervention en dehors de son territoire, hors missions de maintien de la paix de l’ONU, tout en consolidant sa position de leader régional, notamment en matière de contre-terrorisme.


Amine ATER

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 26 Janvier 2022 - 15:13 L'Opinion : Les Lions de l’Atlas, 18 ans après…