Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Taxe oui, mais l’équilibre aussi !


Rédigé par Saâd JAFRI le Dimanche 14 Novembre 2021


L'Opinion : Taxe oui, mais l’équilibre aussi !
Au moment où le Maroc est en course vers la digitalisation et où les équipements informatiques sont devenus une nécessité aussi indispensable que l’huile ou la farine, l’Exécutif, fort de sa majorité, a réussi à instaurer une Taxe Intérieure de Consommation (TIC) sur les équipements informatiques prévue par le PLF 2022.

Cette mesure qui sera affectée au chantier de généralisation de la protection sociale et qui part d’une bonne intention écologiste ne peut que pénaliser les ménages dont les enfants ne peuvent plus se passer de tablettes et d’ordinateurs passés désormais du statut d’accessoires d’agrément à celui de fournitures scolaires.

D’autant que la menace d’un reconfinement et d’une généralisation de l’enseignement à distance est une éventualité persistante, surtout lorsqu’on voit la recrudescence alarmante des contaminations dans plusieurs pays - à fort taux de vaccination – tels que la Russie, Israël, les Etats-Unis et tout récemment les Pays-Bas, qui viennent d’instaurer un reconfinement partiel au moment où les Néerlandais se sont viscéralement attachés à la liberté de circulation.

Toutefois, dans la présente conjoncture marquée par la décélération économique et l’urgence climatique, sans oublier la vision incarnée par le Nouveau Modèle de Développement, une telle taxe s’impose étant donné que le manque à gagner sur le plan fiscal est estimé à des milliards de dirhams, et que le Royaume a besoin de sécuriser des fonds devant être dédiés au recyclage de ces équipements.

Cet impôt qui varie entre 50 et 200 dirhams selon la nature du matériel à acquérir (téléphone portable, tablette, ordinateur ou télévision) donnerait également un coup de boost au chantier titanesque de la couverture sociale universelle, dont le coût annuel frôle les 51 milliards de dirhams.

Il est vrai qu’à première vue cette mesure paraît mal venue, voire même révoltante, cependant, elle est partie intégrante d’un PLF qui se veut équilibriste et qui fait de la préservation du pouvoir d’achat une priorité en suspendant les droits de douane appliqués à l’importation du blé, en prévoyant 8 milliards de dirhams pour l’augmentation de la masse salariale, en réservant une enveloppe de 3,5 milliards pour l’appui de l’emploi des jeunes…Et la liste n’est pas exhaustive.


Saâd JAFRI

  



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 25 Novembre 2021 - 15:45 Maroc-Israël : Accord de dissuasion massive

Mercredi 24 Novembre 2021 - 15:13 L'Opinion : Protectionnisme déguisé