Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

L'Opinion : Réactivité, humilité et remise en question


Rédigé par Majd EL ATOUABI le Mercredi 8 Avril 2020


Majd El Atouabi, Directeur de l'Opinion
Majd El Atouabi, Directeur de l'Opinion
La crise actuelle a ceci de particulier qu’elle est vivante et donc mutante. Ce qui impose à ceux qui ont la prétention de la combattre de s’armer d’une bonne dose d’humilité pour reconnaître leurs torts et revoir leurs postulats initiaux en cas de besoin.

L’actualité récente nous a donné deux exemples qui démontrent que le Maroc a bien compris cette particularité.

Le premier est celui du port du masque de protection que nos autorités viennent de rendre obligatoire, alors même qu’il y a une ou deux semaines, elles disaient qu’il était inutile pour les personnes saines. Aujourd’hui et faisant preuve de la même réactivité qui avait prévalu en début de crise, le Maroc suit les recommandations de l’OMS sur le port de masques, met en place en un temps record un écosystème pour leur production localement, ainsi qu’un réseau pour leur distribution à des prix subventionnés. Admirable !

L’autre exemple est celui du déplafonnement récent de la dette extérieure pour pallier la baisse inéluctable des entrées en devises suite au tarissement de leurs sources traditionnelles que sont le tourisme et les transferts des MRE.

Cette option inenvisageable il y a à peine quelques jours, lorsque nos autorités financières semblaient s’engager dans la voie prudente mais périlleuse de l’austérité, a été remise sur la table avec un aplomb remarquable, sans fausse pudeur, ni crainte de se remettre en question.

Elle atteste, elle aussi, de cette humilité indispensable pour faire face aux fluctuations d’un environnement économique international instable où la théorie Keynésienne sur la nécessité de doper la demande agrégée, de l’orienter et de la mobiliser en vue de contrer les effets de la crise, s’impose aujourd’hui comme l’un des scénarios les moins insensés.

MAJD EL ATOUABI