Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Protectionnisme déguisé


Rédigé par Saâd Jafri le Mercredi 24 Novembre 2021


Procédure marathonienne bien avant l’avènement de la crise Covid, l’obtention des visas Schengen est devenue un vrai parcours de combattant. Pour les Marocains qui souhaitent se rendre en France, la tâche est encore plus difficile, surtout après la très contestée décision française de restreindre drastiquement l’octroi de visas aux Algériens, Marocains et Tunisiens et dont les répercussions socio-économiques n’ont pas tardé à se manifester.

Car si les officiels de l’Elysée ont déclaré que la restriction «visera en priorité les milieux dirigeants», la situation sur le terrain renvoie plus à une politique protectionniste déguisée, comme en témoignent les refus de visas en cascade pour des dossiers qui, autrefois, passaient comme une lettre à la poste.

En tête de liste figurent les commerçants et les professionnels du Transport International Routier (TIR), dont la majorité écrasante risque la banqueroute à cause de cette mesure conjuguée à d’autres politiques de restrictions appliquées par les voisins européens. Et les contrecoups de cette posture protectionniste se font ressentir également auprès de quelques industries européennes, sachant qu’environ 400.000 traversées à destination du vieux continent sont annuellement effectuées par les professionnels du TIR.

Pour l’instant, la France semble déterminée à aller de l’avant, en s’engageant à analyser la situation d’un point de vue économique, dans l’objectif de mettre en place un processus plus fluide d’octroi de visas. Une annonce qui intervient au moment où l’Hexagone repense ses chaînes de valeurs et met l’Afrique, et surtout le Maroc, en ligne de mire, comme l’a bien formulé le ministre délégué français en charge du Commerce extérieur, Franck Riester, lors de sa visite au Royaume.

Mais, là encore, la révision d’octroi de visas devrait se faire dans une logique «win-win», loin des considérations électoralistes. Et les négociations franco-marocaines doivent puiser du principe que les deux pays ont beaucoup à gagner tant que leurs relations sont au beau fixe.


Saâd JAFRI

  



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 25 Novembre 2021 - 15:45 Maroc-Israël : Accord de dissuasion massive