Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L’Opinion : Plafond de verre et renouveau des élites


Rédigé par Mustapha BOURAKKADI le Mardi 16 Février 2021


L’Opinion : Plafond de verre et renouveau des élites
En cette année électorale, tout le monde s’accorde que l’enjeu principal est le taux de participation. Il en va de la crédibilité de tout le processus, et ça, ce n’est pas une nouveauté. Cependant, notre classe politique ne semble pas comprendre que le discours qu’elle sert contraste avec la réalité de la jeunesse. Langue de bois, clichés éculés, jeunisme à la limite de la parodie, manque flagrant de communication avec cette catégorie qui représente l’essentiel de l’électorat potentiel... sont des tares à la peau dure sur la scène politique. D’autant plus que les « dinosaures » refusent de céder la place aux nouvelles générations alors que le renouvellement des élites est inévitable, voire vital.

Il est vrai que la discrimination positive qui découle de la création des listes des jeunes peut avoir un effet bénéfique sur l’ensemble du processus. Cependant, cette mesure souffre du dévoiement qui en a été fait par les caciques, la transformant en une sorte d’outil servant à perpétuer un népotisme fortificateur du plafond de verre qui bloque le renouveau.

Les jeunes exigent qu’il y ait une cohérence entre le discours et l’action, entre les promesses des programmes et leur concrétisation.

Ceux qui pensent que les jeunes se désintéressent complètement de la politique se trompent. Les jeunes aimeraient s’impliquer, mais ils ont la certitude que leur parcours sera semé d’embûches et de clientélisme. La liste qui leur est dédiée avait à l’origine pour principal objectif de lever ces obstacles, mais comme de nombreuses dispositions analogues initiées avec les meilleures intentions du monde, cette liste a été détournée de son but initial. Maintenant faut-il la supprimer totalement et prendre ainsi le risque de jeter le bébé avec l’eau du bain ou simplement réfléchir à des mécanismes internes au sein des partis politiques à même de favoriser l’efficience, l’équité et la méritocratie ?... Telle devait être la question.

Mustapha BOURAKKADI

  



Dans la même rubrique :
< >