Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L’Opinion : La difficile quête du vote citoyen


Rédigé par Anass MACHLOUKH le Mercredi 24 Février 2021


L’Opinion : La difficile quête du vote citoyen
Enfin, le nouveau code électoral dévoile ses secrets, une réforme tant attendue, aussi bien par les politiques, désireux de changer les règles du jeu, que par les commentateurs, curieux de savoir si elle pourrait remédier à un probable désastre lié à la défiance citoyenne envers les institutions élues. Loin des débats techniques, laissés aux soins des députés, rien n’est plus important que de savoir si tous les efforts consentis pour amender l’arsenal législatif électoral pourraient convaincre une grande partie de la population, encore révulsée par la politique et tentée par l’abstentionnisme de masse.

Les résultats du dernier rapport du MIPA sur l’indice de confiance sont à ce propos déconcertants : deux tiers des Marocains ne comptent pas se rendre aux urnes, 74% parmi les sondés ne font pas confiance aux partis politiques, et 70% se méfient du parlement. Quand on prend conscience de ces chiffres, on se demande si une réforme électorale, aussi avancée soit-elle, suffirait pour convaincre les politico-sceptiques, et particulièrement les jeunes qui n’ont jamais été aussi désintéressés de la politique. On mise sur la discrimination positive en faveur des femmes et des jeunes, on multiplie les garde-fous à même de garantir la transparence aux candidats, on change le quotient électoral, mais on oublie l’essentiel : le débat d’idées entre les prétendants à la représentation nationale. A force de focaliser ce même débat sur des aspects techniques nébuleux pour le commun des mortels, les partis politiques risquent d’alimenter davantage ce nihilisme très ancré dans les esprits.

Le « parti » des abstentionnistes risque donc d’être le grand gagnant/ perdant des prochaines élections, à moins que les formations politiques ne changent de ton et d’attitude, en présentant de nouveaux visages, et en proposant de vrais programmes compréhensibles et plausibles, de manière à redonner confiance et envie aux masses qui aspirent à sortir le pays du marasme actuel. Ce débat est d’autant plus nécessaire que le pays a besoin d’une nouvelle majorité solide, cohérente et homogène ayant une vision commune de l’avenir du pays et capable de faire oublier l’actuelle coalition gouvernementale aux rangs dispersés, issue de calculs politiciens, et qui a fini par décrédibiliser l’ensemble du paysage politique.

Anass MACHLOUKH

  



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 18 Octobre 2021 - 17:25 L'Opinion : Du sécuritaire à l’humanitaire

Dimanche 17 Octobre 2021 - 16:10 L'Opinion : Le défi malien