Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

L'Opinion : L’information doit sortir de prison


Rédigé par Majd EL ATOUABI le Lundi 27 Avril 2020


Ça a déjà été écrit dans l’un de nos précédents éditos. A l’ère de Mohamed Salah Tamek, la DGAPR est passée du statut d’huitre encore plus muette que l’armée, à celui de championne toute catégorie du démenti et de la mise au point nerveuse et outrée.

La question qui se posait est celle de savoir pourquoi la direction des prisons est-elle à ce point incomprise et pourquoi les informations la concernant sont-elles à cette cadence déformées ?

La préparation du dossier qui fait la Une de notre journal aujourd’hui nous a permis de constater les maladresses commises par la DGAPR en matière de communication.

Comment les mesures de distanciation sociale sont-elles respectées dans des prisons réputées surpeuplées ? L’usage des masques est-il généralisé aux prisonniers ? Comment est géré l’impact psychologique du confinement au sein des prisons qu’on imagine amplifié ? Quelle est la cadence des opérations de désinfection, la nature des kits de dépistage utilisés et qu’en est-il de la disponibilité des traitements préconisés (hydroxychloroquine et azithromycine)?... Telles sont quelques-unes des questions que l’on voulait soumettre à la DGAPR dans l’espoir qu’elle nous communique des informations à même de rassurer le public sur ce qui se passe derrière les hautes murailles de nos prisons.

Mais la com de cette administration nous a répondu qu’elle ne procédait pas de la sorte, préférant se limiter à l’envoi de communiqués qu’il revient aux médias d’exploiter en toute docilité. Autrement dit, la DGAPR qui s’est figée dans une posture de communication intensive, certes, mais monolithique et à sens unique, n’autorisant aucun esprit de contradiction, nous demande, à nous autres journalistes, de brouter ses communiqués comme de gentils moutons. Il va de soi que nous préférons prendre le risque d’une mise au point.

Majd EL ATOUABI

  



Dans la même rubrique :
< >