Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

L'Opinion : L’expression des jeunes par les urnes ou les feux d’Achoura


Rédigé par Ahmed NAJI le Mardi 1 Septembre 2020


L'Opinion : L’expression des jeunes par les urnes ou les feux d’Achoura
Simples faits divers ou incidents révélateurs d’un profond malaise des jeunes issus des quartiers défavorisés ? Les violences qui ont émaillé la célébration de l’ Achoura dans des quartiers populaires de Rabat et Casablanca, faisant 28 blessés dans les rangs des forces de l’ordre et menant à l’arrestation de 157 individus, parmi lesquels des mineurs, interpellent sur leur signification, puisque sans motivation apparente. 

Les autorités avaient interdit tout rassemblement festif en cette occasion pour prévenir la propagation du virus Sras-Cov2. Sur le terrain, les agents des forces de l’ordre ont dû faire face à des jeunes déchaînés qui, non satisfaits de faire exploser des pétards, embrasaient également des pneus et ont caillassé les policiers quand ceux-ci sont intervenus pour les disperser. 

Il faudrait, d’abord, souligner qu’il est tout à fait anormal que des pétards soient commercialisés en grand volume, alors que leur vente est formellement interdite. Mais il faudrait, aussi, se demander ce qui pousse ces jeunes à transformer cette festivité en crise d’hystérie pyromane et à tenir tête aux forces de l’ordre sans la moindre gêne de défier la loi. En observant plus profondément ce phénomène, devenu épisodique depuis quelques années, c’est aussi un constat d’échec de l’autorité parentale qui transparaît. 

Voici des jeunes de quartiers défavorisés qui ne reconnaissent plus ni l’autorité de leurs parents, ni celle des représentants des pouvoirs publics et transforment une festivité populaire en explosion de fureur. On pourrait se contenter d’y voir le délire disjoncté de simples voyous, comme on pourrait y entendre un cri de détresse, celui d’une jeunesse paumée qui ne sait dénoncer sa situation actuelle et l’absence de perspectives d’avenir que par le feu et les flammes.

Dans la perspective des prochains scrutins électoraux, convaincre la jeunesse de s’exprimer à travers les urnes serait salvateur.

Ahmed NAJI

  



Dans la même rubrique :
< >