Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion: En quête de souveraineté pharmaceutique


Rédigé par Amine ATER le Mardi 29 Juin 2021


L'Opinion: En quête de souveraineté pharmaceutique
Malgré ses effets dévastateurs sur l’économie, la pandémie a eu quelques effets bénéfiques au niveau des politiques publiques. Le Covid a ainsi permis de freiner la dynamique accélérée de privatisation de la Santé et de remettre à l’ordre du jour l’importance d’un système de santé global, efficient et résilient. Preuve en est le lancement de la nouvelle Politique Pharmaceutique Nationale (PPN) 2021-2025, dont l’élaboration se fera en collaboration avec l’OMS et qui ambitionne de doter le Royaume d’une autonomie en termes de production de médicaments. Reste à savoir si ce Plan donnera ses fruits à moyen et long termes ou s’il ne sera qu’un nouveau plan annoncé en grande pompe, pour quelques inaugurations et autres annonces tonitruantes, avant de tomber dans l’oubli.

Sur le terrain, l’industrie pharmaceutique a, rappelons-le, réalisé un chiffre d’affaires de 15 milliards de DH en 2020, représentant 1,5% du PIB et 5,2% du tissu industriel. Les opérateurs consacrent, par ailleurs, 17% de leur production à l’export. Un segment qui a été impacté par la pandémie accusant une baisse de 14,7% entre 2019 et 2020, passant de 750 à 640 MDH entre les deux exercices. Des chiffres qui soulignent le manque à gagner de l’écosystème pharmaceutique, notamment en termes d’export vers l’Afrique subsaharienne ou en R&D, surtout à travers la facilitation des procédures d’enregistrement des médicaments et la révision des règles de bioéquivalence. Le Maroc accuse toujours un grand retard en la matière, sachant qu’il faisait figure de précurseur régional. Aujourd’hui, des pays voisins ont réussi à prendre de vitesse l’industrie marocaine là où elle se voulait novatrice. Parallèlement, la légalisation du cannabis à usage médical représente également un gisement de croissance non négligeable pour le secteur qui devra rapidement prendre le train en marche au risque de se faire déborder par des multinationales ayant des années d’expérience au compteur. Tout le défi pour l’industrie pharmaceutique reste d’atteindre un niveau de production à même d’assurer l’autonomie du Royaume en termes de médicaments et produits médicaux de base, tout en injectant de la valeur ajoutée dans cette production, notamment en termes de brevets scientifiques, dont l’importance s’est lourdement faite ressentir lors des deux dernières années.

  



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 2 Décembre 2021 - 15:09 L'Opinion : Cap sur la forte valeur ajoutée