Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L’Opinion : Données personnelles, une question de souveraineté nationale


Rédigé par Amine ATER le Mercredi 27 Janvier 2021


L’Opinion : Données personnelles, une question de souveraineté nationale
La récente controverse qui entoure la gestion faite par WhatsApp des données personnelles de ses utilisateurs ne doit pas se limiter à la question du respect de la vie privée, mais doit être appréciée sous le spectre de la souveraineté nationale. D’autant plus que l’utilisation de WhatsApp, Signal ou Telegram est complètement intégrée dans les habitudes des Marocains, politiques, technocrates et sécuritaires inclus. En pleine polémique sur l’appropriation par Facebook et l’ensemble des GAFAM des données personnelles de leurs utilisateurs, cette forte pénétration ne peut qu’inquiéter. 

Là où le Marocain lambda verrait sa data utilisée pour affiner la publicité ciblée dont il est abreuvé à longueur de journée, nul ne sait ce qui est fait de la data récoltée sur les appareils de nos députés, ministres et technocrates. En effet, il est devenu coutumier d’utiliser les réseaux de messageries instantanées, même pour des échanges institutionnels, allant jusqu’à faire joindre des documents officiels !

Bien que depuis l’affaire Snowden, il est de notoriété publique que la neutralité du Net n’est qu’un euphémisme, les données récoltées l’étaient par des agences et organismes d’Etats, notamment américains. Des services avec qui le Maroc dispose de canaux lui permettant de réagir en fonction. Aujourd’hui, la menace vient de structures privées, aux motivations strictement financières, dont des voix bien avisées de l’intérieur, même des GAFAM, appellent aujourd’hui à réorganiser l’écosystème, pour mieux contrôler leur ingérence. Lorsqu’on voit comment la toute puissante Union Européenne s’aplatit devant les GAFAM, rien ne dit si, pour l’heure, la CNDP est outillée pour jouer ce rôle salvateur, ni qu’elle dispose de la capacité ou même de la volonté pour le faire.

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Mai 2021 - 16:04 L’après Covid, ce n’est pas maintenant