Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Discrimination vaccinale, vous avez dit ?


Rédigé par Anass MACHLOUKH le Mardi 27 Juillet 2021


L'Opinion : Discrimination vaccinale, vous avez dit ?
Si nous sommes tous égaux devant le Covid, nous ne le sommes visiblement pas devant la campagne nationale de vaccination. La réception samedi par le Maroc d’un lot gracieusement offert par les USA de 300.000 doses du fameux Janssen, le vaccin anti-Covid unidose produit par la firme américaine Johnson&Johnson, a charrié son lot d’envies et de déceptions. Du moins au début.

Envies de profiter de ce vaccin providentiel inoculable en une seule dose et admissible partout dans le monde, pour ceux qui n’ont pas encore entamé leur processus de vaccination. Regrets pour les 12 millions et quelques de Marocains qui ont déjà reçu leurs doses de Sinopharm et d’AstraZeneca (made in India) qui réunissent le double désavantage d’être injectables en deux doses à intervalles respectives de 3 à 4 semaines, et qui ne sont de surcroît pas reconnus dans une grande partie de ce vieux monde prétendument civilisé qu’est l’Europe.

Mais ceux qui s’estimaient lésés par cette différence de traitement vaccinal et qui lorgnaient avec des yeux emplis d’envie ou de jalousie les happy few qui s’apprêtaient à recevoir la dose bénite du Janssen, ont vite changé de posture en apprenant que ledit vaccin aurait causé de sérieux soucis de santé à certains de ses premiers receveurs ici au Maroc et notamment à Marrakech, mais également aux Etats-Unis où, selon la presse locale, les autorités sanitaires fédérales ont à maintes reprises signalé des complications graves qui pouvaient justifier l’arrêt temporaire de son utilisation.

Se pose alors la question légitime de savoir si l’Amérique nous aurait fourgué sciemment un cadeau empoisonné? L’avenir nous le dira. En attendant, les envieux et les coléreux qui s’estimaient lésés par une quelconque discrimination vaccinale doivent en profiter pour ruminer la principale leçon qui se dégage de cette affaire.

En l’occurrence que tout ce qui brille n’est pas or et qu’au lieu de crier à l’injustice, ils auraient mieux fait de savourer leur statut de privilégiés par rapport à ces centaines de millions d’êtres humains issus de centaines de pays, dont certains très proches, qui ne peuvent encore même pas rêver de se faire vacciner que ce soit au Sinopharm, à l’AstraZeneca ou même à l’improbable Sputnik.

Comme quoi, on est toujours le riche ou le pauvre de quelqu’un !
 
Anass MACHLOUKH

  



Dans la même rubrique :
< >