Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

L’ONU appréhende une « catastrophe humanitaire »

Covid-19


le Jeudi 23 Avril 2020

Catastrophe sanitaire aux dimensions planétaires, la pandémie de coronavirus pourrait en cette année plonger le monde dans une « catastrophe humanitaire ».



Des employés d'un crématorium incinèrent une victime du nouveau coronavirus, à Dubaï, aux Emirats arabes unis, le 19 avril 2020
Des employés d'un crématorium incinèrent une victime du nouveau coronavirus, à Dubaï, aux Emirats arabes unis, le 19 avril 2020
Avec plus de 2,5 millions de personnes malades (le nombre de contaminés doit être bien supérieur), la pandémie a déjà fait au moins 172.000 morts, plongé six humains sur dix dans les affres du confinement et provoqué des répercussions économiques potentiellement dévastatrices.

Le Programme alimentaire mondial de l’ONU (PAM) a prévenu mardi que le Covid-19 risquait de provoquer en 2020 un doublement du nombre de personnes au bord de la famine, induisant une « catastrophe humanitaire mondiale ».

« Le nombre de personnes souffrant sévèrement de la faim pourrait doubler en raison de la pandémie de Covid-19, atteignant alors plus de 250 millions d’ici la fin de 2020 », en raison de l’impact économique causé par la maladie, a averti cette agence de l’ONU.

Symbole des bouleversements économiques inédits provoqués par la pandémie, le prix du baril de pétrole américain est passé lundi en territoire négatif, atteignant moins 38 dollars.

Le cours de l’or noir s’est redressé mardi en Asie en repassant légèrement au-dessus de zéro. Le baril de Brent de la mer du Nord est tombé peu après sous les vingt dollars, son plus bas niveau depuis décembre 2001.

Voitures aux garages et usines à l’arrêt

Le ralentissement général des économies mondiales dû à la pandémie, avec les voitures aux garages et bien des usines à l’arrêt, a provoqué une surabondance de pétrole qui a forcé les courtiers en or noir à payer pour se débarrasser de barils qu’ils s’étaient engagés à acheter.

Aux Etats-Unis, devenu premier producteur de pétrole mais dont les coûts d’extraction sont élevés, cet effondrement historique menace l’ensemble du secteur, et a conduit le président Donald Trump à demander à son administration de mettre sur pied un plan de sauvegarde.

L’Organisation internationale du travail (OIT) a quant à elle prévenu mardi que « la crise du Covid-19 a un effet dévastateur sur les travailleurs et les employeurs », à travers « des pertes massives, sur la production et les emplois dans l’ensemble des secteurs ».

« Le monde du travail traverse la pire crise internationale depuis la Seconde Guerre Mondiale », a affirmé Alette van Leur, directrice des politiques sectorielles de l’OIT. « L’impact économique de la pandémie sera probablement grave et durable ».

En Europe, le ralentissement économique provoqué par le virus pourrait à terme affecter les emplois de 60 millions de travailleurs, entre baisses de salaires et licenciements, a prévenu mardi le cabinet d’études McKinsey.

La pandémie pourrait « presque doubler le taux de chômage européen dans les prochains mois », estime le cabinet de conseil américain, pour qui l’évolution de la situation sur le marché de l’emploi dépendra de « l’efficacité de la réponse de santé publique ».

Une agence de l’ONU basée au Chili a par ailleurs estimé mardi que l’Amérique latine allait connaître cette année la pire récession de son histoire, avec une chute attendue de 5,3% du PIB à cause des conséquences de la pandémie sur les économies de la région.

« Un ennemi invisible »

Face à ce qu’il a appelé « l’ennemi invisible » du coronavirus, le président Donald Trump a annoncé son intention de « suspendre temporairement » l’immigration aux Etats-Unis pour « protéger les emplois » des Américains.

Le président-milliardaire, candidat à sa réélection en novembre 2020 et dont la limitation de l’immigration est un des habituels chevaux de bataille, n’a donné aucun détail sur la manière dont il entendait appliquer cette mesure, et pour combien de temps. Il avait dès janvier restreint les déplacements avec la Chine, avant d’interdire les voyages entre les Etats-Unis et la plupart des pays européens à la mi-mars.

Au moins 4,5 milliards de personnes dans 110 pays ou territoires vivent aujourd’hui confinées ou contraintes de limiter leur déplacement pour tenter d’endiguer la propagation du virus, soit environ 58% de la population mondiale.

En Europe, plusieurs pays - Allemagne en tête, mais aussi Autriche, Norvège, Danemark - ont commencé à assouplir les mesures de confinement, tout en conservant des mesures de « distanciation sociale ».