Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

L’OFI à la rescousse des femmes

Violence conjugale


Rédigé par Safaa KSAANI le Vendredi 24 Avril 2020

Alors que le confinement est prolongé, la vie est devenue encore plus dangereuse pour les femmes victimes de violence conjugale. L’OFI ne baisse pas les bras.



L’OFI à la rescousse des femmes
Le constat est là, le confinement a grandement participé à l’augmentation du nombre des femmes victimes de violences conjugales, particulièrement celles qui sont marginalisées et dont le risque de subir la violence s’en trouve encore plus ample.

« En cette période de confinement, de nombreuses femmes et enfants se trouvent piégées dans le même logis que leur bourreau, avec peu de moyens d’échapper aux mauvais traitements, et sans pouvoir s’en défendre ou demander de l’aide », selon Mme Khadija Zoumi, présidente de l’Organisation de la Femme Istiqlalienne et membre du groupe istiqlalien à la Chambre des Conseillers.

A ce constat s’ajoutent d’autres données alarmantes. Une femme sur deux est victime de violence domestique, selon un rapport publié en juillet 2019 par le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Plusieurs intervenants ont mis en garde contre le risque que posent les mesures de confinement pour les victimes de violence conjugale. A l’instar du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, qui a tenu à affirmer, à plusieurs occasions, que la violence ne se limite pas dans les champs de bataille et que plusieurs femmes et filles y sont particulièrement exposées, notamment chez elles, où normalement elles devraient être protégées.

A cet effet, l’OFI tire la sonnette d’alarme sur cet état de fait, déplorable en cette conjoncture de crise où le phénomène devient plus que jamais dangereux.

Les avocates istiqlaliennes mobilisées

Face à cette situation où la violence conjugale est exacerbée par le confinement, l’Organisation de la Femme Istiqlalienne s’active, en mobilisant toutes les avocates istiqlaliennes, que les femmes victimes peuvent contacter pour bénéficier de leur soutien via des consultations juridiques à distance.

Le but principal de ces téléconsultations juridiques est de trouver des solutions et un terrain d’entente entre les couples en conflit, de même que de sensibiliser les hommes sur les risques que représente leur violence.

Dans les cas extrêmes les avocates istiqlaliennes orienteront à distance ces femmes pour pouvoir déposer leurs plaintes auprès du procureur de roi, assure Me Khadija Belkas, membre du barreau de Méknès et membre du Bureau exécutif de l’OFI, qui précise que des cellules spécifiques pour recevoir les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants ont été créées dans tous les tribunaux.

Par ailleurs, depuis que le confinement des populations est instauré partout dans le monde, il a été constaté que le phénomène a pris une tendance haussière.

Ainsi, à la pandémie du Coronavirus s’ajouterait une autre pandémie, celle des violences domestiques.

Safaa KSAANI