Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

L’Istiqlal déplore la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement


Rédigé par Anass Machloukh le Mercredi 2 Septembre 2020

A l’approche de la rentrée politique, le Parti de l’Istiqlal a tenu, mardi 1er septembre sous la présidence du Secrétaire Général, M. Nizar Baraka, une réunion de son Comité Exécutif (CE), au cours de laquelle il a examiné la situation politique et socio-économique que traverse actuellement notre pays.



La rentrée politique, la crise économique issue de la pandémie de la Covid-19, la rentrée scolaire, ainsi que la situation organisationnelle du parti ont été à l’ordre du jour de cette réunion. Un bilan détaillé sur la conjoncture économique du pays, marquée par les effets délétères de la Covid-19, a été dressé par le Secrétaire Général, qui a ensuite exposé l’état d’avancement des pourparlers relatifs à la réforme du code électoral, avant d’évoquer les enjeux de la prochaine rentrée scolaire.

Covid-19 : le grand échec de l’Exécutif

S’agissant de la gestion de la pandémie de la Covid-19, les membres du CE se sont accordés sur le constat de l’échec du gouvernement à gérer de manière efficiente la crise sanitaire, en dépit des moyens considérables alloués par l’Etat pour atténuer ses effets sur les citoyens. Le Comité a déploré le manque de gouvernance et de l’approche participative vu la tendance excessive du gouvernement à prendre des décisions univoques, sans concertations, ni avec la société civile, ni avec les institutions intermédiaires. Ceci a, selon le Comité, entamé le capital de confiance des Marocains.

Irresponsabilité politique

Le CE a fait état d’une volonté du gouvernement de se soustraire de ses responsabilités dans la gestion de la crise sanitaire, en soulignant son incapacité à faire bon usage du Fonds national institué par SM le Roi, lequel a récolté les contributions de tous les citoyens pour faire face à la crise et notamment à équiper les hôpitaux et les autres infrastructures sanitaires.

Rentrée scolaire mal préparée

Alors que la rentrée scolaire est imminente, le Comité n’a pas caché son exaspération vis-à-vis de l’élaboration de la stratégie de son organisation par le ministère de tutelle. Celui-ci n’ayant pas associé suffisamment les syndicats de l’enseignement ni les parents des élèves qui devront d’ores et déjà assumer la responsabilité de la sécurité de leurs enfants dans les cours en présentiel.

Pour autant, le Comité n’a pas hésité à saluer la réaction active de l’Exécutif aux multiples appels du Parti de l’Istiqlal à ouvrir des concertations politiques sur la réforme du code électoral, tout en insistant sur la nécessité de promouvoir l’engagement politique des femmes et des jeunes et d’œuvrer davantage dans ce sens.

Au terme de la réunion, le CE a annoncé l’organisation de la prochaine session du Comité Central du parti le 26 septembre.