L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


Agora

L'Humeur : Le festival et son village


Rédigé par Anis HAJJAM le Dimanche 10 Juillet 2022



L'Humeur : Le festival et son village
En arrivant au bel écrin qu’est Anfa Park, on est impressionné par la queue dense en longueur et en largeur qui avance religieusement vers la porte d’entrée de Jazzablanca. A l’arrivée, deux files se forment ou se détachent : celle des festivaliers munis de tickets et l’autre accueillant VIP et sponsors.

Sur le site, un sourd bouillonnement entre agents d’accueil et de sécurité, hôtesses et accompagnateurs. La fièvre accuse sa montée entre l’heure de l’ouverture des portes et le début des grosses prestations. On est dans un festival compartimenté et convivial à la fois.

Une fois les badges ou les bracelets récupérés, on pénètre dans un village haut en odeurs. Un espace où on boit et mange, où on boit sans forcément manger. Les stands n’acceptent que les cartes bancaires, pas de circulation de liquide hormis par voie orale. Et puis, la Scène 21 commence à donner du son. On s’y achemine avec nonchalance, s’affalant sur l’herbe ou se rapprochant de l’estrade en position debout.

Horizontalement ou verticalement, la musique agit bouffe ou boisson dans le gosier. Par intermittence, on se lève, on marche et on visite plus amplement le grand village Jazzablanca, s’introduisant dans les boutiques à souvenirs, reprenant une boisson, retournant au concert. Et puis, l’alentour du festival commence à se vider vers 20 heures 30 au profit de la grande scène et des carrés VIP. La fête peut alors se poursuivre en parfaite quiétude, aucun incident majeur n’ayant entaché le déroulement de ce beau happening. Personne n’a manqué de glaçons non plus.




Anis HAJJAM



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 7 Août 2022 - 08:56 L'Humeur : Deux feux, deux mesures






🔴 Top News