L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






Actu Maroc

L'ASMETS appelle à promouvoir les titres sociaux comme vecteur de relance économique


Rédigé par L'Opinion le Jeudi 19 Mai 2022

L’Association marocaine des émetteurs de titres de services (ASMETS) a organisé jeudi 12 mai à Rabat une table ronde intitulée « Titres sociaux, vecteurs de relance, prospérité économique et création d’emplois », peut-on lire dans un communiqué. L'Association plaide pour faire des titres sociaux un vecteur de relance de l'économie nationale. Détails.



En collaboration avec la Fédération Marocaine des Cafés et de la Restauration Rapide (FMCRR) et la Fédération Franchise marocaine (FMF), l’ASMETS a présenté sa vision en matière de promotion du secteur de la sécurité sociale ou des services.

« En effet, ces derniers, peu connus ou méconnus au Maroc, représentent pourtant, dans le reste du monde, un secteur fortement créateur de richesse économique et sociale. L’impact des primes sociales, tirées par les primes alimentaires ou touristiques, est indéniable, notamment en termes de création d’emplois, d’inclusion économique, de croissance du chiffre d’affaires et de collecte d’impôts pour « l’Etat », a indiqué la même source.

En présence des représentants gouvernementaux, des émetteurs de titres de services, des organisations internationales, des fédérations professionnelles et des médias, cette rencontre inédite a été l'occasion, d’une part, de sensibiliser sur les mécanismes de fonctionnement des titres sociaux, leur gouvernance, leur cadre réglementaire et leur logique commerciale, d’autre part, d’étudier les modalités de mise en œuvre de ces outils pour relancer l’économie marocaine, et plus particulièrement le secteur de la restauration et du tourisme.

« Les titres-repas représentent un effet de levier pour l’intégration de l’informel et la création d’emplois directs dans le secteur de la restauration », a souligné Mehdi Laraki, Secrétaire Général de l’ASMETS. Et d'ajouter que « les titres sociaux ont un impact macroéconomique fort pour l’entreprise, pour le salarié ainsi que pour l’Etat qui gagnerait en recettes fiscales et sociales liées à l’usage des titres-repas, plus que ce qu’elle ne perdrait en coût d’exonération ».

De son côté, Sghir Bougrine, Président de la Fédération Marocaine des Cafés et de la Restauration Rapide, a indiqué que « le potentiel de 2,8 millions de bénéficiaires des titres-repas est énorme pour le secteur de la restauration au Maroc. Il permettrait une relance effective de ce secteur très impacté par la crise sanitaire ».

« Nous nous engageons à joindre l’Etat et l’ASMETS dans leurs efforts pour promouvoir et inciter l’utilisation des titres-repas », a-t-il précisé.

Accélérer le déploiement des titres-repas et titres-tourisme

A cette occasion, des recommandations ont été proposées pour accélérer le déploiement des titres-repas et titres-tourisme dans le Royaume. Il s’agit d’une collaboration étroite entre les différents ministères et parties pour formuler une politique sociale volontariste qui encourage l’utilisation des liens sociaux, d’une augmentation de la valeur faciale des chèques alimentaires pour encourager l’octroi de cet avantage par les entreprises et remplacer la prime de panier par celle-ci, ou le maintien de la valeur nominale des bons restaurants en permettant leur cumul avec la prime de panier, qui deviendra une partie du salaire.
 
Outre cela, il est recommandé d’intégrer le panier de bonus dans une solution de porte-monnaie numérique sous la forme d’une contribution salariale pouvant aller jusqu’à 30 dirhams pour un montant global exonéré d’un minimum de 60 dirhams utilisable exclusivement dans les restaurants à hauteur de 50 % au moins et le reste dans un plus large réseau d’alimentation, d’octroyer aux titres sociaux sous la forme digitale d’une incitation supplémentaire de 40 % à 50 % de la valeur exonérée par rapport au format papier, et de procéder à l’accélération de la sortie du décret d'application de la loi concernant le titre-tourisme pour permettre à plusieurs ménages de passer des vacances à moindre coût et aux hôteliers de bénéficier de la manne des entreprises publiques et privées. 
 
Le même communiqué a fait savoir que la mise en œuvre de ces recommandations permettrait au Royaume de créer 6,6 emplois pour 100 nouveaux bénéficiaires de bons restaurants et d’assurer la traçabilité des avantages fiscaux et des cotisations liés à la création de nouveaux emplois dans le secteur de la restauration (IS, IR, T.V.A). et CNSS).

Cela permettrait également la création d’un bénéfice net pour l’Etat estimé à 981 millions de dirhams d’ici 10 ans et garantirait d’importants avantages fiscaux pour l’Etat, à travers la TVA et l’IS et de garantir des retombées fiscalees à l’Etat, à travers la TVA et l’IS.