Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Khalid Aït Taleb: 2000 tests par jour en attendant un déconfinement qui ne peut être que graduel


Rédigé par Hajar Lebabi avec MAP le Mardi 21 Avril 2020

Stabilisation du taux de mortalité à 5%, augmentation du nombre de tests à 2000 par jour, usage et généralisation des tests de dépistage rapide et réflexion pour un déconfinement graduel... Tels sont les principaux points évoqués lundi par Khalid Aït Taleb, le ministre de la santé, en réponse aux questions des députés Istiqlaliens au sein de la chambre des représentants.



Khalid Aït Taleb, lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants.
Khalid Aït Taleb, lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants.
La fréquence des analyses au laboratoire des cas suspects de coronavirus (Covid-19) a sensiblement augmenté pour atteindre 2.000 tests par jour, a indiqué lundi le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb.

En réponse à une question orale présentée par le groupe istiqlalien pour l'unité et l'égalitarisme à la Chambre des représentants sur les "mesures proactives et opérationnelles prises pour lutter contre le Covid-19", M. Ait Taleb a mis en avant "une hausse de la fréquence des analyses de laboratoire, d'autant plus que les personnes contacts sont automatiquement soumises aux tests qui totalisent désormais 2.000 par jour".

Selon le ministre, il sera procédé à l'extension des analyses grâce au recours de plus en plus intense aux tests rapides.

Il a également relevé que "le taux de mortalité au Maroc ne dépasse pas 5%", insistant sur l'impératif de "continuer à faire preuve de vigilance et de maintenir le niveau de l'indicateur de la vitesse de propagation au même seuil pendant une durée déterminée, pour pouvoir endiguer l'épidémie".

"En dépit des contraintes, la situation épidémiologique a tendance à se stabiliser, ce qui ne signifie guère que nous avons remporté la bataille contre le coronavirus. C'est la raison pour laquelle l'état d'urgence sanitaire demeure en vigueur", a fait observer M. Ait Taleb.

Il a en outre souligné que la prolongation de l'état d'urgence sanitaire vise à renforcer les acquis, tout en estimant que "tout relâchement risque de se traduire par l'apparition de clusters ou de rechutes, d'où la nécessité de veiller à la protection et à la sécurité des citoyens". M. Ait Taleb a d'autre part relevé que le ministère se penche sur l'élaboration d'une stratégie de déconfinement qui nécessite l'élargissement du réseau des analyses de laboratoire.

"Le déconfinement se déroulera de manière progressive à l'échelle nationale, puisque la situation épidémiologique demeure stable, mais diffère d'une région à l'autre", a-t-il expliqué. Le ministre a à cet égard rappelé que la région de Casablanca-Settat comptabilise le plus grand nombre de cas confirmés, suivie de Marrakech-Safi, alors que l'évolution de la maladie dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a été marquée par l'apparition récemment de foyers de contamination.

A noter que la séance des questions orales a été marquée par l'intervention du député et chirurgien Istiqlalien, le Dr Allal El Amraoui qui a axé son propos sur l'importance d'une révision globale du système de santé national qui devrait mettre à profit les nombreux enseignements de l'actuelle pandémie, en vue de se recentrer dans l'avenir sur l'élément humain et corriger les non moins nombreuses erreurs du passé. Pour ce faire, le député Istiqlalien a appelé à une nécessaire révision à la hausse des budgets alloués au secteur de la santé afin d'atteindre les niveaux de financement préconisés par les instances sanitaires internationales. L'objectif étant de déployer une politique sanitaire préventive favorisant l'immunité collective des marocains contre des pandémies comme celles du coronavirus.