Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Journalistes d’Al Amazighia: L’affaire clarifiée et une enquête ouverte


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 11 Mai 2020

Après quelques jours d’ambiguïté, d’allégations et d’accusations à tort, le ministère de l’Intérieur apporte des précisions et des décisions.



Journalistes d’Al Amazighia: L’affaire clarifiée et une enquête ouverte
Tout a commencé mercredi 6 mai, dans un marché local de Tiflet. Dans cette petite ville située à 54 kilomètres de la capitale Rabat, les autorités locales veillent, comme dans toute autre ville, sur le respect des procédures légales en vigueur pendant l’état d’urgence sanitaire.

Souad Wassef, une journaliste de la chaîne « Al Amazighia », accompagnée du cameraman de la chaîne, Mohammed Bouljihal, se sont rendus à Tiflet pour tourner un reportage sur l’activité commerciale de la ville en période du confinement. Or, ils se sont vus interdire de filmer par un agent des autorités locales.

Les quelques minutes filmées par le cameraman ont fait ensuite le tour de la Toile, suscitant la colère d’Associations, de Syndicats et d’Unions représentant les journalistes, qui n’ont pas tardé à publier des communiqués dénonçant ces « agressions ».

Parmi ces associations se trouve l’ONG Reporters Sans Frontières (RSF). Elle s’est emparée de l’affaire via un communiqué, où elle a mis cette censure sur le compte des éléments de la DGSN. 

La DGSN loin de cette affaire

Piquée au vif, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a démenti, d’une façon catégorique ce qu’elle estime être « les allégations de RSF prétendant qu’un officier et des éléments de la police à Tiflet avaient interdit à une équipe de journalistes de la chaîne «Al Amazighiya» de réaliser un reportage, à l’occasion du mois de Ramadan, et de les avoir agressés physiquement et verbalement », peut-on lire dans un communiqué de la police nationale. 

La DGSN a démenti ces allégations contre les agents de police, en précisant dans son communiqué que les « fonctionnaires au commissariat régional de police de Tiflet n’ont effectué aucune intervention à l’encontre d’un quelconque journaliste lors de l’exercice de ses fonctions ». La question qui reste donc posée est celle de savoir à quel corps appartiennent les fonctionnaires accusés par les journalistes d’Al Amazighiya de les avoir empêchés de faire leur travail? 

Le ministère de l’Intérieur clarifie

Le ministère de l’Intérieur a fait savoir, dans un communiqué publié samedi 9 mai, qu’il s’agit du caïd du 3ème Cercle de Tiflet et ses assistants. Selon le communiqué du ministère de l’Intérieur, le caïd est intervenu pour faire respecter les exigences de l’urgence sanitaire, après avoir observé le rassemblement d’une foule autour de la journaliste et du cameraman.

Toutefois, une enquête est ouverte par le ministère, pour déterminer les circonstances de l’incident et établir la vérité quant à cette affaire. 

Safaa KSAANI