L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Jouahri, seul contre tous ?


Rédigé par Soufiane CHAHID le Lundi 27 Mars 2023



Jouahri, seul contre tous ?
La décision de Bank Al-Maghrib (BAM) de relever brutalement le taux directeur de 50 points de base n’en finit pas de susciter le débat. Dimanche dernier, c’était au patron du Haut-Commissariat au Plan (HCP) Ahmed Lahlimi de sortir de sa réserve pour critiquer l’utilisation abusive de l’instrument monétaire. Comme l’explique le Haut-Commissaire au Plan dans un entretien à Medias24, l’action doit se concentrer sur l’offre et non la demande, comme le fait la Banque centrale. Pour lui, cette inflation devrait dorénavant être considérée comme une donnée structurelle de notre économie. Ce n’est pas la première fois que ces deux pontes de l’économie nationale croisent le fer. En 2019 déjà, Ahmed Lahlimi s’était indigné de la politique jugée trop prudente de BAM.

Alors qu’à l’époque l’inflation ne dépassait guère les 2%, le patron du HCP s’étonnait que la Banque centrale refuse de baisser davantage le taux directeur, afin de lâcher l’inflation et relancer la machine économique. En vérité, derrière cette opposition de vision, ce sont deux écoles de la pensée économique qui s’affrontent. D’un côté les monétaristes, qui considèrent que l’inflation est partout et toujours un phénomène monétaire, et que le seul moyen de la brider est de contrôler la masse monétaire en circulation. De l’autre, les keynésiens qui estiment qu’une inflation modérée peut avoir un effet positif sur l’économie.

Si cette opposition peut paraître intellectuelle, sur le terrain elle génère certaines contradictions pour le moins schizophrènes. Il en est ainsi du relèvement du taux directeur et donc du coût de l’emprunt, au moment même où l’État est engagé jusqu’au cou dans une politique d’encouragement de l’investissement et de redynamisation de l’économie, à travers plusieurs programmes de financements destinés aux jeunes entrepreneurs comme Intelaka et Forsa, sans oublier la méga-enveloppe d’investissements publics à 45 milliards de dirhams et les subventions contenues dans la nouvelle charte de l’investissement.

Pour un gouvernement qui cherche à doper la croissance économique, la dernière décision de BAM, même si elle se justifie amplement par les ravages actuels de l’inflation, notamment sur le front social, pourrait être synonyme de réduction de ses efforts à néant.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Mars 2024 - 15:47 Démocratie partisane dans l’ADN !






🔴 Top News