Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Jean-Paul Belmondo n'est plus


Rédigé par Hiba Chaker le Lundi 6 Septembre 2021

L’acteur Jean-Paul Belmondo, figured du cinéma français, est décédé ce lundi 6 septembre 2021 à l’âge de 88 ans, a annoncé son avocat.



Jean-Paul Belmondo lors des César en 2004.
Jean-Paul Belmondo lors des César en 2004.
Jean-Paul Belmondo, un géant du cinéma français, est décédé ce lundi à son domicile à Paris à l'âge de 88 ans, a annoncé son avocat Me Michel Godest à l'Agence France-Presse. Selon ce dernier, il était très fatigué depuis quelque temps. "Il s’est éteint tranquillement", a précisé son avocat.


À bout de souffle, Le Magnifique, L’Homme de Rio… En cinquante ans de carrière, le mythique « Bebel » a joué dans près de 80 films, dont certains ont été de grands succès au box-office au point de devenir des classiques du cinéma français. En 2011, le Festival de Cannes lui avait décerné une Palme d’honneur pour l’ensemble de sa carrière.  L’acteur jouissait d’une popularité phénoménale : 160 millions d’entrées cumulées en France, dont une moyenne de 3,5 millions par film à l’apogée de sa période casse-cou, pas sa meilleure, entre 1975 et 1985.


Né en 1933 à Neuilly-sur-Seine, il est issu d’une famille d’artistes. Son père Paul Belmondo était un brillant médailleur et sculpteur, sa mère peintre. Sur les bancs de l’école, le petit Jean-Paul s’est vite ennuyé, devenant un élève dissipé. Ce qu’il préférait, lui, c’était le sport et en particulier la boxe qu’il pratiqua à un niveau élevé. A l’adolescence, il se tourna vers la comédie et tenta à deux reprises le concours d’entrée du Conservatoire national supérieur d’art dramatique à Paris. La troisième fois, en octobre 1952, fut la bonne. Si ses professeurs ne cessaient de lui dire qu’il n’obtiendrait que des seconds rôles, Jean-Paul Belmondo pouvait compter sur le soutien de ses amis. Parmi eux, Jean-Pierre Marielle, Bruno Cremer ou encore Jean Rochefort. Après une première incursion au cinéma en 1958 dans «Sois belle et tais-toi» de Marc Allégret, il a été révélé au grand public dans «A bout de souffle» deux ans plus tard.
image_29.png image.png  (652.02 Ko)

  


Dans la même rubrique :
< >