L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

Iran : Des dizaines de morts, 739 manifestants arrêtés dont 60 femmes


Rédigé par Ali B. Dimanche 25 Septembre 2022

739 personnes, dont 60 femmes, ont été arrêtées en Iran, pour avoir participé aux récentes manifestations. Le bilan des victimes vacille entre 35 et 50 morts, selon les sources.



Les protestations en Iran ont atteint la capitale, Téhéran, qui a été le théâtre d'affrontements houleux entre manifestants et forces de sécurité, tandis que les manifestants ont exprimé leur colère contre les forces du "Basij".

les médias iraniens ont révélé, vendredi, que le bilan des manifestations condamnant la mort de la jeune femme, Mahsa Amini, s'élevait à 35 morts, alors qu'une organisation européenne de défense des droits de l'Homme à but non lucratif a affirmé que le nombre réel était d'environ 50.

Des vidéos montraient des foules de manifestants dans trois grands quartiers à l'ouest de Téhéran, à savoir Starkhan, Aktaban et Sadiqiyah.

Les artères de la capitale ont été le théâtre d'affrontements entre manifestants et forces de sécurité, qui ont usé de gaz lacrymogène et tiré sur les protestataires qui scandaient des slogans contre le dirigeant iranien, Ali Khamenei, et les forces Basij et le régime, selon des agences de presse locales et internationales.

Les protestations ont repris avec une présence féminine aux premiers rangs dans plusieurs quartiers de la capitale, Téhéran, et des villes iraniennes, depuis vendredi soir.

Le site « Iran International » a fait état sur Twitter que 35 personnes, entre manifestants et éléments des forces de sécurité, avaient été "tuées lors des manifestations en Iran" vendredi.

Il a souligné que le chiffre réel du nombre de morts devrait être beaucoup plus élevé.

Des médias américains et européens, citant une organisation non gouvernementale de défense des droits de l'Homme basée en Norvège, ont avancé le nombre de 50 personnes, au moins des morts lors des manifestations en Iran, selon la chaîne américaine "Al-Hurra".

Le dernier bilan officiel des morts était de 26.
 
"Opération psychologique et guerre médiatique"
 
Les médias d'État iraniens ont rapporté que le président Ebrahim Raisi avait déclaré samedi que l'Iran devait « agir fermement envers ceux qui attaquent la sécurité et la paix du pays ».

Les propos de Raisi interviennent dans le cadre d'un appel téléphonique dans lequel il a présenté ses condoléances à la famille d'un membre de la sécurité qui a été poignardé à mort la semaine dernière.

De leur côté, les gardiens de la révolution iraniens ont une "opération psychologique excessive et une guerre médiatique" qui a commencé "sous prétexte de la mort d'un citoyen".

Les gardiens de la révolution ont salué "les efforts et les sacrifices de la police", décrivant ce qui se passe comme "un nouveau complot qui sera voué à l'échec".

L'armée iranienne a déclaré pour sa part dans un communiqué que  "ces actions désespérées (les manifestations sur fond de décès de la jeune Mahsa Amini) font partie de la stratégie malveillante de l'ennemi visant à affaiblir le régime islamique".
 
Postes de police et des Basij incendiés
 
Des manifestations ont éclaté dans tout l'Iran le 16 septembre, après la mort d'Amini, trois jours après son arrestation par la "police morale" qui surveille le code vestimentaire des femmes.

L'incident a déclenché une colère populaire généralisée dans les cercles politiques et médiatiques en Iran, au milieu de récits contradictoires sur les causes de la mort.

Jeudi, le président iranien Ibrahim Raisi a affirmé qu'une enquête serait ouverte sur la mort de la jeune femme, Amini.

Des manifestants en Iran ont incendié le quartier général des forces Basij des Gardiens de la révolution iraniens, dans la ville de Qom, dans le cadre des manifestations généralisées.

Les manifestants ont également incendié le poste de police iranien dans la ville d'Ashnoeh, à la frontière avec l'Irak.

Des sources officielles ont rapporté que des membres des forces de mobilisation, "Basij" et la police ont été attaqués avec des armes à feu et des armes blanches, et des postes de police et des véhicules incendiés ont été signalés.

Le Basij est une force formée en 1979 par le chef de la révolution iranienne, Ruhollah Khomeiny, en tant que force paramilitaire de volontaires. Le nom officiel de ces forces est l'Organisation pour la mobilisation des opprimés.



Ali B.


Assouplissement des restrictions US pour élargir l’accès en Iran à Internet
 
Washington a annoncé qu'il avait assoupli les restrictions à l'exportation de technologies imposées à l'Iran pour élargir l'accès aux services Internet que le gouvernement a sévèrement restreints dans le cadre d'une campagne visant à réprimer les manifestations qui durent depuis une semaine pour protester contre la mort d'un jeune femme alors qu'elle était sous la garde de la police des mœurs.

Le Trésor américain a estimé que le blocage d'Internet par Téhéran était une tentative "d'empêcher le monde d'assister à sa campagne violente contre des manifestants pacifiques". Le secrétaire adjoint au Trésor, Wali Adeemo, a déclaré dans un communiqué que la nouvelle mesure permettrait aux entreprises technologiques "d'élargir la gamme de services Internet disponibles pour les Iraniens".

"Alors que de courageux Iraniens descendent dans la rue pour protester contre la mort de Mahsa Amini, les Etats-Unis doublent leur soutien à la libre circulation de l'information vers le peuple iranien", a-t-il ajouté.

Le Trésor américain a déclaré qu'il prenait des mesures pour permettre l'accès à des logiciels comprenant des outils antivirus et anti-malware ainsi qu'un service de vidéoconférence pour soutenir "l'accès du peuple iranien à des informations factuelles".

"Avec ces changements, nous aidons le peuple iranien à être mieux préparé à faire face aux efforts du peuple iranien", a-t-il déclaré.

 



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Janvier 2023 - 15:06 Syrie : L'ONU tire la sonnette d’alarme

Jeudi 26 Janvier 2023 - 10:40 Guerre en Ukraine : Kiev obtient enfin ses chars







🔴 Top News