Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Irak : Des milices chiites proposent la trêve contre le retrait des forces US


le Lundi 12 Octobre 2020

Des milices chiites conditionnent une cessation de leurs attaques contre les troupes US au retrait de ces dernières de l’Irak.



Irak : Des milices chiites proposent la trêve contre le retrait des forces US
Les milices irakiennes soutenues par l’Iran ont accepté de suspendre temporairement les attaques visant la présence américaine en Irak, à la condition que les troupes de la coalition dirigée par les États-Unis se retirent du pays conformément à une résolution parlementaire, ont déclaré dimanche trois responsables de la milice.

Les responsables de la milice se sont entretenus avec l’Associated Press quelques heures à peine après qu’une bombe en bordure de route a ciblé un convoi qui transportait du matériel pour la coalition dirigée par les ÉtatsUnis, endommageant un véhicule, selon un communiqué de l’armée irakienne. L’attaque d’une autoroute au sud de Bagdad a soulevé des questions quant à savoir si une telle trêve pouvait s’appliquer à toutes les factions de la milice.

Les bombes en bordure de route et en particulier les attaques à la roquette contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad - située à l’intérieur de la zone verte fortement fortifiée - sont devenues fréquentes et provoquant des tensions dans les relations entre Washington et Bagdad.

Les factions de la milice ont offert une trêve et s’abstiendront de viser les États-Unis en Irak, y compris l’ambassade, à la condition que toutes les forces dirigées par les États-Unis se retirent dans un « délai acceptable », a déclaré Mohammed Mohie, un porte-parole du puissant Kataib Hezbollah soutenu par l’Iran. 

« Si elle ne se retire pas, les factions de la résistance reprendront leurs activités militaires avec toutes les capacités dont elles disposent », a-t-il déclaré.

Deux autres factions de différents groupes soutenus par l’Iran ont fait écho aux commentaires de Mohie, sans préciser la durée de la trêve, et ont déclaré qu’elle était illimitée. Elles ont parlé sous couvert d’anonymat car elles n’étaient pas autorisées à faire des déclarations.

Les législateurs irakiens ont voté en janvier sur une résolution non contraignante visant à évincer les troupes de la coalition dirigée par les États-Unis du pays, à la suite d’une frappe de drone dirigée par Washington qui a tué le général iranien Qassim Soleimani et le commandant de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis devant l’aéroport international de Bagdad. 

Une certaine désescalade
Les commentaires des factions de la milice indiquent une certaine désescalade après des semaines de tensions. L’administration Trump a averti les dirigeants irakiens qu’ils fermeraient l’ambassade des États-Unis à Bagdad si les milices n’étaient pas contenues. Les responsables américains ont déclaré que s’il s’agissait d’une menace sérieuse, ce n’était pas un ultimatum imminent. En septembre, l’administration Trump a raccourci une dérogation cruciale aux sanctions nécessaires pour que l’Irak importe de l’énergie iranienne.

Les États-Unis ont blâmé les milices soutenues par l’Iran, en particulier Kataib Hezbollah, pour avoir perpétré des attaques contre la présence américaine en Irak.

Cessation des opérations contre les étrangers
Samedi, l’Organe de coordination de la résistance irakienne - supposé inclure un ensemble de milices soutenues par l’Iran tels que Kataib Hezbollah, Asaib Ahl al-Haq et Harakat al-Nujaba- a publié un communiqué annonçant « la cessation de ses opérations contre les étrangers, en particulier les forces et les intérêts américains en Irak ».

Mohie, le porte-parole de la milice, a déclaré: « La trêve est intervenue après l’intervention et la médiation de grandes personnalités afin de persuader ces factions d’arrêter les opérations de bombardement jusqu’à la fin des élections américaines. ... Ce sont des messages que ces personnalités véhiculaient ».

La semaine dernière, Jeanine Hennis-Plasschaert, l’envoyée des Nations Unies en Irak, a tenu une réunion avec Abdulaziz al-Muhammadawi, connu sous le nom d’Abu Fadak, chef adjoint des Forces de mobilisation populaire et commandant du Kataib Hezbollah. Le PMF est une institution sanctionnée par l’État englobant un éventail de milices, dont certaines sont soutenues par l’Iran.

Deux commandants de milice irakienne ont déclaré que c’était au cours de cette réunion avec Abu Fadak qu’un accord avait été conclu pour un cessez-le-feu pendant au moins deux mois, en échange d’un retrait américain prévu à une date ultérieure. Les commandants ont parlé sous couvert d’anonymat car ils n’étaient pas autorisés à informer les médias.

L’annonce de la trêve des milices a coïncidé avec un changement apparent dans la rhétorique américaine, après que des responsables irakiens ont déclaré que toute fermeture de l’ambassade américaine isolerait l’Irak du monde.

  


Dans la même rubrique :
< >