L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Investissement privé : un coup d’accélérateur urgent !


Rédigé par Soufiane CHAHID le Mercredi 3 Mai 2023



Investissement privé : un coup d’accélérateur urgent !
Aux coupés des rubans se succèdent les coups de pioche, donnant l’impression que cette fois l’investissement privé est sur les rails. Mais les images restent encore loin de la réalité. Le dernier rapport de la Cour des Comptes confirme ce que plusieurs investisseurs rapportent depuis longtemps : malgré les belles promesses et la volonté manifeste, la bureaucratie et la multiplicité des intervenants qui transforment chaque démarche entrepreneuriale en un parcours du combattant.

Selon l’institution dirigée par Zineb El Adaoui, le cadre institutionnel de l’investissement est marqué par la multiplicité des acteurs et l’imbrication de leur champ de compétence, qui peut inclure le niveau national pour d’aucuns, ou le niveau territorial, local ou sectoriel pour d’autres. Cela non seulement décourage l’investissement privé, mais rend également les politiques publiques qui visent à stimuler l’investissement, inefficaces et improductives. Le guichet unique représenté par les CRI n’arrive toujours pas à remplir pleinement son rôle, puisque plusieurs démarches administratives se déroulent en dehors de ce circuit. Ajoutons à cela la gestion des espaces d’accueil industriels qui restent en deçà des attentes et ne jouent pas leur rôle de levier pour l’investissement privé.

Le gouvernement a fait des efforts conséquents dans ce sens, en adoptant la Charte de l’Investissement et en traçant une feuille de route 2023-2026 pour améliorer le climat des affaires. Ces initiatives sont essentielles mais restent insuffisantes tant l’objectif paraît immense et les défis importants. Car le Chef du gouvernement s’est engagé à inverser la structure de l’investissement au Maroc, pour atteindre une quote-part de 2/3 pour le privé et 1/3 pour le public à l’horizon 2035 et un équilibre public-privé à l’horizon 2026.

Y arrivera-t-on ? Oui, à condition que les réformes atteignent leur vitesse de croisière dans les mois à venir. Et qu’on associe le fond à la forme, et aux belles poses devant les caméras les réformes structurelles nécessaires et urgentes.
 
Soufiane CHAHID



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News