L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Interview avec Rachid Tahri : Les professionnels du transport craignent le pire


Rédigé par Kawtar CHAAT le Samedi 9 Juillet 2022

La pression conjoncturelle continue d’accentuer la flambée des prix à la pompe, poussant le gouvernement à augmenter de 40% la valeur du soutien accordé aux routiers. Rachid Tahri, SG de la Fédération du transport et de la logistique affiliée à la CGEM, nous livre son analyse du dispositif.



- Dans quelle mesure le soutien gouvernemental aux transporteurs routiers a-t-il permis d’atténuer le coût économique de la hausse des prix ?

- Il est important de signaler que malgré le soutien gouvernemental, les transporteurs souffrent de cette hausse soutenue du prix du gasoil. Aujourd’hui, les transporteurs sont à l’agonie et certains ont même arrêté leur activité. Avec ces augmentations, nous nous attendons à un prix qui avoisinera peut-être les 19/20 DHS le litre à la pompe dans le mois à venir. Rien que le mois de juin nous avons enregistré 17% de plus sur le prix du gasoil.

Nous ne négligeons pas le soutien de l’Etat, mais étant donné que cela dure, le montant alloué à ce jour perd de son poids au fur et à mesure que le prix du gasoil flambe pratiquement chaque semaine, voire tous les 2 jours. Le gouvernement a annoncé une augmentation de 40% sur le montant actuel de la subvention. Elle sera la bienvenue. Mais jusqu’à quand ? Aujourd’hui, le coût au kilomètre varie entre 35% et 40% et peut aller jusqu’à 60% en fonction de la catégorie des véhicules et des itinéraires empruntés.


- Quelles sont, selon vous, les mesures adéquates pour la présente crise ?

- Notre fédération de transport et de la logistique affiliée à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a proposé plusieurs mesures structurelles, l’indexation reste l’élément déterminant pour pallier la problématique des hausses des prix du gasoil. Ce système régalien permet de répercuter la hausse comme la baisse des prix de transport à des pourcentages régulés. Et crée en conséquence une transparence dans la relation entre les chargeurs et les transporteurs. L’expérience européenne a fait ses preuves dans ce sens. Le manque de l’indexation ne fait qu’envenimer la relation entre le donneur d’ordre et le transporteur.


- Des refoulements de chauffeurs marocains ont été récemment enregistrés suite à l’activation du décomptage des entrées et sorties des chauffeurs. Quelles sont vos recommandations pour la sortie de crise ?

- Effectivement, à travers ces refoulements, le retard d’octroi des visas, le rejet des demandes de visas ne sont que la conséquence de la crise du Covid-19. Tous les pays sont en train de revoir leur stratégie de voisinage à travers des limitations des accès pour certains secteurs et le transport est un secteur tellement important dans toutes les économies qu’il est le premier visé.

En tant que Fédération de transport et de la logistique, nous avons fait un certain nombre d’actions. Je pense que nous devons travailler main dans main avec notre ministère de tutelle, le ministère des Affaires étrangères et les partenaires commerciaux pour trouver la bonne formule pour que les transporteurs marocains puissent jouir de leurs droits de mobilité.


- Dans quelles mesures ces agissements impactent l’activité commerciale ?

- Le Maroc est doublement impacté. Grâce au développement de la flotte marocaine et notamment sur les segments de la traction internationale et le transport routier à température dirigée, nous avons assisté à une revue à la baisse des tarifs du transport depuis/vers le Maroc. Ce développement a permis aux produits marocains à l’export de voyager à des prix corrects et pouvoir être sur les marchés internationaux dans les meilleurs délais et des produits compétitifs. Le fait que nos transporteurs sont démunis de leurs droits risque de renchérir le coût de transport par les flottes étrangères.


- La conjoncture actuelle montre qu’il faut se préparer à une nouvelle normalité, qui est la volatilité des prix. Quelles sont les mesures susceptibles de permettre aux opérateurs routiers de faire preuve d’agilité et d’éviter un plongeon dans l’endettement afin de s’adapter le plus rapidement à cette situation sans précédent ?

- La crise nous a montré nos limites. Nous devons nous pencher sur les axes soulevés par le Nouveau Modèle de Développement pour la partie transport et logistique. Nous devons aussi accompagner nos transporteurs pour devenir organisateurs de transport, voire logisticiens, et être un acteur actif dans toute la chaîne de valeur et non pas passif . Nous devons lui donner les moyens pour sortir d’un simple voiturier à un logisticien intégré. Toutes ces actions exigent un appui financier, managérial et de formation par le gouvernement.


Recueillis par Kawtar CHAAT


Profil
 
Rachid Tahri, titulaire de MCS en transport et logistique, est un opérateur du secteur de la logistique et du transport multimodal international. Cet opérateur du transport assume les fonctions de Vice-Président de la Fédération du transport de la Confédération générale des entreprises du Maroc (FT-CGEM), de Président de l’Association des Freight Forwarders du Maroc (AFFM), de Président Délégué de l’Association Marocaine du Transport Routier International (AMTRI), et de Président du Groupement Interprofessionnel d’aide au Conseil du secteur du Transport et de la Logistique (GIAC TRANSLOG).

A ce titre, il a été un acteur important dans les grands chantiers de réforme et de mise à niveau du secteur du Transport et de la Logistique au Maroc.

En 2012, les qualités d’excellent manager lui ont valu l’attribution par l’Union Internationale des Transports Routiers (IRU) dont le siège est à Genève en Suisse, le trophée de Top Manager. En 2016, il est élu Personnalité Logistique de l’Année aux Moroccan Logistics Awarders (MLA) de l’Agence Marocaine de Développement de la Logistique (AMDL).

En 2017, il a été finaliste de l’European Logistics Association Awards pour le professionnel de l’année. Et en Juin de la même année il a été désigné Président de l’Observatoire Marocain de la Compétitivité Logistique (OMCL).


K. Ch.
 








🔴 Top News










 
Other