Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Interview avec Moulay Ahmed Afilal, président de l’UGEP


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 8 Avril 2021

La Coordination nationale des organisations professionnelles les plus représentatives, a exprimé son rejet de certaines décisions de l'Executif, qui risquent de nuire davantage aux commerces. Moulay Ahmed Afilal, nous explique les raisons derrière cette sortie



 

 

On ne peut se permettre de laisser les centaines de milliers d’employés de ce secteur arriver au stade de « la crise cardiaque » sans réagir

 

L'Opinion: L’UGEP rejette, à côté de l’Espace Marocain des Professionnels et du Syndicat National des Commerçants et des Professionnels, certaines décisions, prises par le gouvernement, touchant de nombreux secteurs professionnels qui sont en arrêt d’activité depuis une longue période. Quels sont les effets d’une éventuelle fermeture du secteur des cafés, restaurants et snacks au cours du mois de Ramadan ?

 

Comme vous le savez, le secteur des cafés, restaurants et snacks a vécu depuis l’avènement de la pandémie du Coronavirus une série de décisions contraignantes allant des contraintes horaires quotidiennes d’ouverture et de fermeture à la fermeture totale pendant de longues périodes, notamment pendant Ramadan dernier. Les effets néfastes de ces décisions se déclinent comme suit : les milliers de professionnels et d’employés de ce secteur vivent de ce fait des conditions sociales tragiques : les importantes accumulations de factures et de charges, dont les loyers et les différentes taxes et redevances locales pour l’année 2020 et qui se poursuivent en 2021. La fermeture qui s’accentue de jour en jour du nombre de cafés et restaurants ne prête pas à l’optimisme. Ainsi, on ne peut se permettre de laisser les centaines de milliers d’employés de ce secteur arriver au stade de « la crise cardiaque » sans réagir. Comme cité dans le dernier communiqué de la Coordination nationale des organisations professionnelles les plus représentatives (regroupant l’Union Générale des Entreprises et des Professions, l’Espace Marocain des Professionnels et le Syndicat National des Commerçants et des Professionnels, NDLR), nous sommes solidaires de toutes les composantes de ce secteur et nous défendrons avec vigueur leurs revendications et leurs attentes.
 

L'Opinion: Quel est l’état d’avancement des divers dossiers concernant le secteur du commerce intérieur et des professionnels ? 

 

La priorité a été donnée par la Coordination ces derniers temps à deux chantiers majeurs. Il s’agit de la mise en place du système de la contribution professionnelle unique avec son volet fiscal et celui de la couverture médicale et le suivi quotidien de la situation des secteurs professionnels touchés par les effets néfastes de la pandémie du Coronavirus. De nombreux chantiers restent cependant ouverts avec notamment le ministère de tutelle comme le paiement mobile, l’organisation du secteur du commerce intérieur, le commerce électronique…

 

L'Opinion: La Coordination appelle toutes les composantes du gouvernement et le Comité de Veille Economique (CVE) à prendre leurs responsabilités et adopter les mesures adéquates dans ce sens. Quelles solutions préconisez-vous pour sortir la tête de l’eau ?

 

Avant de parler de solutions, il faut que le Gouvernement et le CVE soient à l’écoute des doléances des opérationnels sur le terrain au niveau de chaque secteur touché par les effets néfastes de la pandémie. Nous préconisons et nous demandons que des réunions sectorielles soient organisées régulièrement pour que les décisions prises puissent répondre aux nombreuses attentes de ces secteurs professionnels pour, dans un premier temps, assurer la survie de ces secteurs et planifier les conditions d’une relance de leurs activités dans un avenir que nous espérons très proche. L’important c’est qu’on puisse assurer à ces centaines de milliers de professionnels et d’employés de ces secteurs touchés les conditions de vie humaine digne. La Coordination n’a cessé d’adresser régulièrement au Gouvernement et au CVE des courriers proposant plusieurs solutions et mesures d’urgence pour arriver à cet objectif.
 

 

 


Portrait: L'accompagnement des commerçants et professionnels s'impose !

Tout en renouvelant sa volonté de respect des décisions prises par les pouvoirs publics pour préserver la santé publique dans le Royaume, la Coordination nationale des organisations professionnelles les plus représentatives exprime son rejet de certaines décisions arbitraires touchant de nombreux secteurs professionnels qui sont en arrêt d’activité depuis une longue période et qui bénéficient de mesures d’accompagnement insuffisantes.
 

Les travaux de cette réunion ont porté sur trois sujets importants, en l’occurrence : la revue de la situation des secteurs professionnels touchés par les effets de la pandémie Coronavirus, les derniers développements relatifs à la mise en place opérationnelle du système de la contribution professionnelle unique dans son volet fiscal et couverture fiscale, ainsi que l’état d’avancement des travaux des commissions thématiques et sectorielles. 
 

A l'issue de cette réunion, la Coordination nationale des organisations professionnelles les plus représentatives a alerté l’opinion publique et le Gouvernement sur la nécessité d’accompagner avec plus d’efficacité et d’efficience les secteurs professionnels touchés par les effets néfastes de la pandémie et surtout ceux qui sont en arrêt d’activité depuis une longue période. Prendre de toute urgence les mesures adéquates pour surmonter les dysfonctionnements apparus au niveau de la mise en place opérationnelle du nouveau système de la contribution professionnelle unique dans son volet fiscal et celui de la couverture médicale, est également nécessaire. 
 

“La Coordination insiste pour que tout soit fait pour réussir cet important chantier qui constitue une des principales revendications des organisations professionnelles depuis plusieurs années”, tient à souligne Moulay Ahmed Afilal, président de l’UGEP.