Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

[ Interview avec Dr Abdellah Cherif Ouazzani ] « Achoura a un sens profond pour les juifs et les musulmans »


Rédigé par Safaa KSAANI le Dimanche 15 Août 2021

A l’approche de la journée de l’Achoura, Dr Abdellah Cherif Ouazzani, enseignant-chercheur en pensée islamique et sciences de l’éducation, nous parle de la représentation symbolique de cette occasion ayant un sens profond pour les juifs et les musulmans.



- Le premier jour de l’An de l’Hégire 1443 a été célébré cette année le 10 août. L’occasion de rappeler le début de l’émigration des premiers musulmans de La Mecque à Médine en 622, marquant le début du calendrier musulman.

- Parler d’Al Hijra c’est parler d’un événement où le Prophète Mohamed (sws) s’est déplacé de La Mecque à la Médine. C’était un déplacement d’un lieu vers un autre, en même temps, c’était un changement de sens, où on est passé d’un état de faiblesse, de diminution à un état de force et de supériorité. C’était surtout un changement dans la moralité et dans la pensée, en passant de l’ignorance à la connaissance et de la désunion à l’union.


- Ce changement est toujours d’actualité…

- Aujourd’hui, nous avons réellement besoin de ce changement de sens et de transfert, surtout en ces deux dernières années où on a connu la pandémie de Covid-19. Nous avons besoin de changer nos comportements pour lutter contre cette pandémie qui menace notre présent et surtout compromet notre avenir. Nous devons adopter les bons gestes, dont la distanciation, surtout de corps, mais le rapprochement de coeur, surtout vis-à-vis des opprimés, des démunis et de ceux réellement dans le besoin.


- L’Achoura, qui a lieu le 10 Moharram, est également célébré par les Juifs. Que représente religieusement cette occasion pour les Musulmans et les Juifs ? Quels en sont les points communs et divergents ?

- La fête de l’Achoura a un sens profond pour les juifs et les musulmans. En effet, pour les juifs, Achoura est le symbole de la victoire du bien sur le mal, et le symbole du soutien divin à ses Prophètes et messagers. C’est le jour de Achoura que Moïse a fui avec son peuple la barbarie du Pharaon, mais arrivés devant la mer, Moïse et le peuple juif avaient derrière eux toute une armée prête à les exterminer par l’armée de Pharaon.

Dieu inspira à Moïse de toucher la mer avec son bâton miraculeux et celle-ci s’est fendue en deux montagnes d’eau, dégageant un passage au peuple juif et se refermant sur le Pharaon et son armée. Pour les Musulmans, elle représente le symbole du salut des gens bien, et la reconnaissance du divin. En effet, après l’émigration du Prophète à Médine, les compagnons l’ont informé que les Juifs jeûnaient le jour de Achoura en signe de remerciement à Dieu d’avoir sauvé Moïse et son peuple, alors le Prophète dit : nous allons le faire aussi en signe de remerciement à Dieu d’avoir sauvé mon frère Moïse.

Un autre événement important allait survenir en l’an 690 de l’Hégire, c’est l’assassinat du petit-fils du Prophète, Al Houceine ibn Ali, par l’armée de Yazide ibn Mouaouya Al Amaoui, à Karbalaa, et qui est célébré chaque année dans la tristesse par les Chiites.


- Au fil des années, Achoura est devenue un symbole culturel pour les Marocains, puisque plusieurs festivités, dont Zemzem, des carnavals, sont apparues. Quel commentaire en faites-vous ?

- Ce jour est célébré par l’ensemble des Musulmans par le jeûne et l’invocation, comme l’a fait le Prophète à Médine, mais c’est vraiment navrant de voir au Maroc et dans d’autres pays musulmans, des manifestations de joie inspirées par les courants wahhabites, historiquement pro-Mouaouiya et anti-Ali et sa descendance, et aujourd’hui persistent juste les séquelles et certains symboles culturels comme le jeu avec le feu, les jets d’eau et autres.
 
Recueillis par Safaa KSAANI

Portrait


Un passionné de la pensée islamique
 
Né à Fès dans une famille conservatrice, dont le père est un maître éducateur et enseignant à la Qaraouiyine, Abdellah Cherif Ouazzani grandit dans cette ambiance. Dès son bas âge, il a commencé à apprendre le Coran et les savoirs annexes dans une école coranique. Après avoir décroché son bac scientifique, il est parti en France pour étudier la pharmacie et ainsi intégrer l’une des plus importantes multinationales pharmaceutiques suisses, avant de préparer un MBA à l’Université du Québec à Montréal.

Mais la nostalgie du pays et particulièrement l’héritage culturel et spirituel l’ont poussé à revenir à son pays d’origine pour reprendre un cursus théologique à l’université Hassan II à Casablanca, couronné par un doctorat en études islamiques à l’Université Mohammed V à Rabat.

Ainsi, sa carrière professionnelle fut changée, ce qui l’a poussé à se consacrer à l’enseignement et à l’éducation, d’abord à l’Université Chouaïb Doukkali à El Jadida, puis aux médias. En effet, il avait présenté l’émission à visée éthico-religieuse (Al Islam wa Kadaya Al Asr) sur la chaîne 2M pendant plus de cinq ans et d’autres émissions sur les chaînes Radio Mohammed VI, Medi1TV et Luxe Radio. Dr Cherif Ouazzani préside une Fondation scientifique et une Alliance d’intellectuels.

Il ne manque pas de participer à des rencontres de dialogue interreligieux à l’échelle internationale, dans l’espoir d’arriver un jour à un rapprochement ou même une entente sur le plan intellectuel, moral et spirituel, et ainsi contribuer à un vivre-ensemble pacifique et construire un monde meilleur. Par ailleurs, il compte à son actif plusieurs articles, publications et livres en arabe et en français.
S. K.